Le Black Metal a très longtemps été perçu comme intemporel et isolé de toute évolution malgré le fait qu’il a toujours évolué selon les tendances et les groupes qui ont su porter son flambeau depuis ses débuts dans la décennie des années 1980. Aujourd’hui, on retrouve de nombreuses incarnations et l’une des plus déviantes de son origine est le Blackgaze qui mélange les riffs de guitares Black Metal de style trémolo et le shoegazing qui est un sous-genre du post-rock qui se définie par des riffs distordus et des murs de son produits par une saturation des guitares. Violet Cold est originaire de l’Azerbaïdjan et se qualifie de Black Metal atmosphérique. Bien que cela fasse pas mal plus grim que Blackgaze, il est pourtant bel et bien question de ce dernier genre que Violet Cold exécute avec brio sur son plus récent Anomie.

L’album se révèle assez puissant dès les premières notes et les longues chansons se succèdent. La pièce titre, Anomie est le mélange parfait de Black Metal et de shoegaze et de post-rock. Dernièrement, je me disais que le Blackgaze n’était qu’une phase et que ce son avait pas mal donné tout ce qu’il était possible d’achever. Quelle erreur de ma part! Violet Cold brouille les cartes avec son mélange d’agression, de mélancolie et de beauté. On a un tout assez planant qui se démarque de ses contemporains tant par les mélodies et les touches de guitares parfois poignantes ou introspectives. Les transitions sont fluides et peu brusquées malgré leur aspect hétéroclite de mélange des états d’esprit.

La construction des morceaux est admirable tant par leur évocation d’une ambiance bien particulière et d’une démonstration de l’intelligence de l’évolution des pièces avec des mélodies certaines mêlées à ces ambiances parfois plus mélancoliques et d’autres fois plus sombres. Certes c’est une galette qui interpelle son auditeur et ce dernier sera happé par les textures veloutés des ambiances et bercé par les mélodies post-rock qui prédominent le chaos que l’aspect Black Metal vient bouleverser. Le début de Lovegaze est remarquable et on peut voir que si le Blackgaze s’est rendu jusqu’en Azerbaïdjan, alors les frontières des genres ne sont que des barrières que l’on s’impose plutôt que de réels obstacles.

Mes bémols, puisqu’il y en a presque tout le temps, c’est la production qui assourdie les chants et la batterie au profit des puissantes guitares. J’ose croire que c’est simplement le mix du format numérique qui est compressé et que le format analogique offre une meilleure profondeur à l’oreille. Cependant, ce léger faux pas est assez commun et le manque de dynamisme sonore n’est pas une faute impardonnable malgré tout.

Si le Blackgaze s’avère un genre qui ne sera que de passage dans le décor du monde merveilleux du Métal, nous pourrons néanmoins compter Anomie parmi les œuvres les mieux réussies dans son genre. Le plus étonnant dans tout cela est le fait que Violet Cold est le fruit d’un seul homme, Emin Guliyev, qui a une discographie garnie de nombreux singles et de quatre albums depuis le début de 2015.

Note: 8 / 10
Format critiqué: 320 kbps mp3
Étiquette: Tridoid Records | Folkvangr Records
Sites Web: facebook.com/VioletColdOfficial/ | Bandcamp
Date de parution: 1 mars 2017(numérique) 21 juillet 2017 (Cassette, vinyle)

Auteur: Michaël Parent

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009