Pour ceux qui sont assez vieux pour se souvenir d’avoir commandé des albums dans un catalogue et avoir envoyé du «vrai argent» par la poste pour obtenir des disques laser d’un label obscure dans une enveloppe semi sécuritaire et d’avoir attendu des semaines, voire des mois, pour entendre la musique tant désirée et être déçu ou bien agréablement surpris vont comprendre comment on peut être nostalgique de cette ère révolue. Recevoir, enfin, un album de Bolt Thrower ou Morbid Angel dans une boite déboîtée dans la boîte au lettre était presque aussi gratifiant que de découvrir l’Arche d’Alliance avant l’armée allemande. Bref, depuis sa création, Necrot de San Francisco se forge un son qui allie le Old-School Death Metal au D-beat. Plusieurs formations du moment maîtrisent la résurgence de ce genre dont Vastum qui partage un membre avec Necrot et Gatecreeper notamment.

Blood Offerings a des sonorités se rapprochant aussi de Bolt Thrower qui est désormais l’un des canons du genre. Une belle homogénéité caractérise l’album qui se présente comme un bloc solide et pur. C’est un son classique qui ravi mon appétit de old-school mais me laisse sur ma faim pour ce qui est de l’effet de surprise et de renouveau. On retrouve des mélodies accrocheuses surtout avec Layers Of Darkness qui termine l’album sur une note forte.

Cependant, une fois que la nostalgie des premières écoutes s’est estompée, c’est à un manque de substance que Blood Offerings se bute. Se situant surtout au niveau de l’écriture des pièces et non pas à leur exécution. Les moments qui se démarquent ne sont pas assez nombreux pour compenser les moments plus fades.

Le plus grand défi d’un groupe tel que Necrot qui exploite un genre et une nostalgie c’est de tomber dans le comparatif et l’auditeur qui se tourne vers un artiste d’un genre étiqueté comme rétro devra être épaté pour délaisser ses classiques et se pencher sur un artiste contemporain. Tel que Gatecreeper et leur excellent Sonoran Depravation par exemple, on sent l’influence Classic Death Metal mais on en redemande de cette réinterprétation de ce son particulier. Pour ce qui est de Necrot on peut dire bel effort mais on en vient à vouloir un produit plus nutritif à la fin du compte.

Note: 5 / 10
Format critiqué: 320 kbps mp3
Étiquette: Tankcrimes | Sentient Ruin Laboratories
Sites Web: Facebook | Bandcamp
Date de parution: 9 juin 2017

Auteur : Michaël Parent

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009