La soirée de dimanche en était une toute spéciale avec la venue du groupe de neofolk norvégien Wardruna au Théâtre Corona. C’était leur premier spectacle en sol canadien et cela faisait longtemps que je n’avais pas vu des billets s’envoler à cette vitesse-là! Le groupe a même décidé d’ajouter une supplémentaire le 7 février…qui fut sold-out assez rapidement aussi! Devant tant d’engouement face à ce groupe et à la popularité que la série Vikings (dans laquelle on peut entendre leur musique) leur a donnée, je ne pouvais qu’être fébrile à l’idée d’entendre le tout en live.

Wardruna : Puissant, épique, magistral!

C’est donc avec un décor assez sobre que les six musiciens se sont présentés sur scène avec comme artifice qu’une espèce d’immense toison qui leur servait de bannière et quel accueil triomphale ils ont eu! Mais c’est lorsque deux des musiciens ont entamé la pièce Tyr avec de grands cors qu’on appelle lur qu’on a réellement su à quoi s’en tenir : Wardruna en live, c’est puissant! Le son était vraiment excellent, un des meilleurs qu’il a été donné d’entendre au Corona. Wardruna a profité de son passage pour nous interpréter des pièces provenant de leurs trois albums, mais le tout était surtout axé sur leur premier et leur plus récent, Runaljod – Ragnarok.

Le chanteur et multi-instrumentiste Einar Selvik (aka Kvitrafn) et la chanteuse Lindy Fay Hella étaient tous les deux en voix et les harmonies vocales entre eux et les autres musiciens étaient parfaites. Car les harmonies vocales sont définitivement ce qu’il y a de plus impressionnants dans leurs performances live, ça m’a carrément donné des frissons! L’éclairage durant ce spectacle était également parfait et la toison que je mentionne précédemment, que je trouvais plutôt banale, était en fait un élément scénique primordiale : les ombres des musiciens y étaient projetées de différentes façons lors de la soirée, ce qui ajoutait un côté mystique, presque envoûtant!

Mon moment préféré de la soirée pour moi fut incontestablement l’interprétation de la pièce Runaljod, puissante et aux harmonies vocales complètement hypnotisantes. C’est pas mêlant, ils auraient pu la jouer deux ou trois fois encore et ça ne m’aurait aucunement dérangé! Lorsque Einar Selvik s’est adressé à la foule pour la première fois vers la fin de leur set, ce fut un tonnerre d’applaudissement instantané et incessant, ce qui l’a grandement surpris et ému. Ils nous ont laissé avec deux dernières pièces, Helvegen et Laukr, chansons plus lentes mais très intenses, un choix parfait pour clore une soirée parfaite!

Voir Wardruna en spectacle n’est pas seulement une question de musique, c’est toute une expérience autant musicale qu’émotionnelle, et c’est une des meilleures expériences que j’ai vécu jusqu’à maintenant. Si on oublie la supplémentaire qui aura lieu dans quelques jours, je suis persuadé que Wardruna reviendra dans un futur rapproché j’y retournerai avec grand plaisir!

Setlist : Tyr, Wunjo, Bjarkan, Heima Thurs, Thurs, Runaljod, Raido, Isa, Jara, Algir – Stien Klarnar, Dagr, Rotlaust Tre Fell, Fehu, NaudiR, Odal, Helvegen, Laukr

Auteur : Maxime Pagé

Photographe : Geneviève Hamel

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009