20150305Vianney131

05 Mars 2015 – Face à une scène envahie d’ampoules à filament sur pied, la salle de La Dynamo est bondée ce soir. Aux environs de 20h30 la voix de Vianney retentit, demeurant en haut de l’escalier qui mène aux loges, il annonce celui qui va assurer la première partie de soirée, l’artiste local : Jules Nectar. Le chanteur toulousain prend donc place sur la scène, seul avec sa guitare. Avec son sourire généreux il nous partage ses mélodies, une valise en cuir à ses pieds lui servant de grosse caisse. Puis l’harmonica autour du cou il entonne Ailleurs une chanson qui fait écho à notre insatisfaction personnelle persévérante, déclenchant une belle acclamation du public, nombreux ce soir. Pour découvrir ou redécouvrir cet artiste, rendez-vous le 10 juin prochain dans la salle toulousaine Le Bijou.

C’est aux alentours de 21h20 que Vianney rejoint la scène accompagné de sa guitare 3/4 folk pour démarrer avec On est bien comme ça. A l’instar de Jules Nectar, la compagnie d’autres musiciens il n’en aura pas. On pourrait penser l’exercice difficile mais au premier intermède c’est un Vianney parfaitement à l’aise et plein d’humour que l’on découvre. Il enchaine avec l’interprétation Notre-Dame des oiseaux durant laquelle les ampoules disposées sur la scène s’éclairent. Le concert se poursuit avec un public entièrement acquis à sa cause qui fredonne les refrains de ses chansons en choeur et qui relève le défi des sifflements sur le titre Aux débutants de l’amour. Ce n’est pas un problème d’ampli qui freinera le chanteur dans son interprétation de Chanson d’hiver : il s’avance sur le devant de la scène et continu sans micro. Le live donne une dimension nouvelle au jeune Vianney et aux mélodies d’Idées blanches, sa voix que l’on connait aiguë révèle ici des nuances insoupçonnées comme sur Les gens sont méchants. Passé en un claquement de doigts le concert touche à sa fin, Vianney nous explique que le musicien bien élevé qu’il est va être obligé de nous faire croire qu’il part, mais que de toute manière il s’apprête à interpréter la reprise de Gilbert Bécaud : Et maintenant, et “aucun artiste n’aimerait s’en aller sur les notes d’une chanson qui n’est pas la sienne”. Nous voilà rassurés. Ils nous démontre à quel point les accords de cette chanson sont similaires à ceux de Je te déteste, fusionnant ainsi les deux titres. Il s’en va, gardant sa guitare en bandoulière, se contentant de la débrancher. Lors du rappel qui suit, il interprète Mon étoile (la seule de son album qui est à prendre au 1er degré ai-je lu) suivie de Tout seul, avant la tant attendue Pas là (qui est reprise parallèlement sur le plateau de la Nouvelle Star par Martial lors de la demi-finale). Enfin il termine avec une reprise, celle de Quand reviendras-tu de Barbara, que l’on avait pu écouter quelques jours auparavant lors de La Bande Originale sur France Inter.

Plein de tendresse, Vianney est venu rejoindre son public à la fin de son concert. Avec la même courtoisie, il nous a reçu avant que celui-ci démarre, pour répondre à mes questions. L’interview filmée sera en ligne dans les prochains jours sur Thorium.

Prochain passage de Vianney dans la ville rose : le 21 octobre au Bikini

Auteur: Vanessa Eudeline

Photographe: Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009