udo-1-7

Continuant sa tournée entamée l’année passée sous le nom Dirkschneider, Udo s’amène dans la métropole pour jouer ses plus grands succès de son passage avec la formation Accept. En plus de ces derniers, nous retrouvons les formations locales Rusted, Mad Parish et Ashes Of Eden.

Avec trois premières parties, il n’est pas surprenant de voir peu d’amateurs aux Foufounes Électriques lorsque la formation Rusted arrive sur scène. Cela n’empêche pas les musiciens de donner un très bon spectacle et de partager leur musique entrainante avec les amateurs qui ont bravé le froid en ce dimanche. Ayant peu de place sur scène, la formation fait son possible au niveau des déplacements et leurs mélodies entrainantes ont été bien reçues par les amateurs.

Les amateurs n’ont pas besoin d’attendre longtemps avant de voir le groupe Mad Parish monter sur scène. Comme à son habitude, Josh interagit régulièrement avec la foule et s’assure de conserver leur attention. Comme ce fut le cas pour le groupe précédent, les musiciens ont très peu d’espace sur scène et par conséquent ne peuvent se déplacer à leur guise. Malgré cela, la formation offre une bonne prestation qui est bien reçue par les amateurs. Comme se veut la tradition, la formation termine leur spectacle avec la pièce Mad Parish et à la demande de Josh, la foule chantera le refrain de cette chanson entrainante.

Délaissant le style hard rock des deux premiers groupes, c’est au tour du groupe Ashes Of Eden d’offrir leur musique thrash et death métal à un auditoire beaucoup plus imposant. Malgré l’intensité de leurs mélodies et la demande du chanteur (Nick Doyle), il n’y a pas eu de moshpit, mais on voyait bien que la foule était beaucoup plus active tout au long de leur prestation. Le groupe a fait une petite surprise aux amateurs en reprenant You Could Be Mine de Guns N’ Roses.

C’est maintenant le moment que tous les amateurs attendent et c’est avec la musique de Just A Gigolo (David Lee Roth) que les musiciens de Dirkschneider arrivent sur scène. Udo ne perd pas de temps et enchaine les titres Starlight, Living For Tonight et London Leatherboys au grand plaisir des nombreux amateurs qui ne se gênent pas pour l’accompagner en chantant haut et fort les paroles de ces classiques. Malgré ses 64 ans, Udo à toujours une excellente voix et il ne se complique pas la vie sur scène, il se déplace régulièrement pour laisser le centre de la scène aux autres musiciens afin que ces derniers soient au centre de l’action pendant leurs solos, mais ce n’est pas lui qui est le plus dynamique. Ce sont davantage les guitaristes Andrey Smirnov et Kasperi Heikkinen ainsi que son fils Sven Dirkschneider qui anime le spectacle. Comme il fallait s’y attendre, la soirée est remplie de classiques et les amateurs attendaient avec impatience les titres comme Princess Of The Dawn, Restless And Wild, Son Of A Bitch et Up To The Limit. N’ayant pas autant de temps pour faire son spectacle habituel d’une durée de plus de deux heures, Udo minimise les interventions avec la foule et chante le plus de titres possible dans le temps qu’il a sur scène. Même si la soirée contenait des titres qui ont fait revivre la jeunesse de plusieurs amateurs, Udo garde le meilleur pour le rappel en chantant les Metal Heart, Fast As A Shark, Balls To The Wall et Burning.

Ne sachant pas si c’est la dernière fois que nous allons entendre Udo chanter des titres d’Accept, les amateurs ont envahi les Foufounes Électriques malgré le froid et n’ont pas été déçus de leur soirée. Ils auraient bien aimé que cette dernière s’éternise même un peu plus longtemps!

Auteur: Albert Lamoureux

Photographe: Romy Del Signore

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009