Tryo

Tryo

Mardi 22 novembre 2016 – Ce soir, alors qu’ Alain Juppé a choisi la ville rose pour son premier meeting du second tour de la primaire de droite, nous nous apprêtons à vivre un évènement d’un tout autre genre du côté du Bikini. Retenue par mes obligations professionnelles, j’avais été déçue de rater Tryo lors de leur passage aux Déferlantes, mais ça y est : c’est soir de rattrapage !

Lorsque nous pénétrons la salle aux abords de 20h20, Laurent Lamarca, première partie de Tryo, a déjà pris place sur la scène. C’est un jeune homme coiffé d’un chapeau, seul avec sa guitare sèche que nous découvrons. Entre sa reprise de Ho Hey de The Lumineers ou les chansons à travers lesquelles il rend hommage à son fils ou à ses parents, il séduit le public et reçoit un bon accueil. (Pour découvrir son univers c’est par ici).

Pendant le changement de scène je m’en vais faire un tour du côté du merchandising. A côté du stand, je repère une cabine type photomaton, à l’intérieur il ne s’agit pas d’y faire des photos souvenirs mais d’exprimer, dans le micro mis à disposition, 3 propositions en commençant par “Moi Président”. L’Hymne de nos campagnes version électorales ! Il semblerait que Tryo prévoit de diffuser les enregistrements de ses fans sur les réseaux sociaux.

Il est 21h15 lorsque la joyeuse troupe qui a bercé tant de jeunesses fait son entrée sur scène. Dans cette salle du Bikini, qu’ils qualifient de mythique, ils entament la soirée avec Ce que l’on s’aime. L’énergie est immédiatement au rendez-vous et le groupe livre une setlist partagée entre leurs nouveaux textes -toujours- très engagés, extraits de leur dernier album Vent Debout et les tubes de leurs débuts. Sont alors repris à l’unisson L’Hymne de nos campagnes, La main verte, Serre-moi, Yakamonéyé… dans une configuration musiciens sans cesse modulée. Bavards, les primaires de droite et l’éviction de Nicolas Sarkozy en tête, et généreux, Guizmo, Christophe, Manu et Daniel échangent beaucoup avec leur public. L’interprétation de Apocalypticodramatique pour répondre à la demande du public ne semblait pas prévue, pas plus que la montée sur scène d’un jeune homme du public, Rémy, qui a du vivre là un des plus beaux moments de sa vie et nous en a offert un très bon aussi puisqu’il s’est montré très talentueux sur l’interprétation -guitare et voix- du morceau G8, et a visiblement épaté Guizmo. La connexion public-artistes est belle et bien présente ce soir, si bien que le show prendra fin deux heures plus tard, complété de surcroît par deux rappels.

Auteure : Vanessa Eudeline Photographe : Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009