Le pop rock des années 70-80 était à l’honneur dimanche alors que le groupe américain légendaire Toto était de passage à la Salle Wilfrid-Pelletier pour nous interpréter un best-of de leurs plus grandes chansons. Je dois vous avouer que ce soir-là, je ne faisais pas partie de la tranche d’âge dominante: la plupart des personnes présentes  étaient dans la cinquantaine et soixantaine. Mais les passages du groupe se faisant assez rares, je me lance hors de ma zone de confort pour plonger tête première dans une époque où je n’étais même pas encore né!

Je dois bien me rendre à l’évidence, même avec les musiciens qui prennent de l’âge, ils attirent encore les foules! La Salle Wilfrid-Pelletier est pleine à craquer et il y a de la fébrilité dans l’air! C’est donc vers 20h, sans première partie et sans artifice que les huit musiciens se sont présentés sur scène sous un tonnerre d’applaudissements pour entamer leur première chanson, Only The Children. Le son est excellent, les musiciens sont énergiques et très communicatif avec la foule. Bref, ça promettait d’être une belle soirée. Le guitariste Steve Lukather avec sa tignasse et ses bottes bleues poussait blague par dessus blague et avait clairement la foule dans sa poche. Joseph Williams, avec ses fameuses lunettes fumées et son béret était en voix et le tout se mariait bien avec la voix du claviériste David Paich. Ils nous ont interprété un paquet de vieilles chansons comme I’ll Supply The Love et le classique Hold The Line tirées du premier album, Rosanna, 99 et Lovers In The Night.

Si vous êtes habitués aux chansons originales d’environ trois minutes, vous allez être surpris, car les versions live s’étendent parfois jusqu’à huit voire dix minutes comme pour Home Of The Brave, un des meilleurs moments de la soirée à mon avis! Les musiciens se perdent dans des improvisations délirantes et leurs nombreuses années d’expérience ne peuvent pas être mises en doute. Une seule nouvelle chanson a été jouée, Chinatown, tiré de Toto XIV sorti en 2015, et le tout se mélangeait bien avec les chansons plus vieilles. On a même eu droit à une belle improvisation entre Steve Lukather et leur saxophoniste Warren Ham.

Après quinze chansons, Toto nous laissé avec leur plus grand hit, Africa, qui a été le véritable clou du spectacle. Ils ont étiré la chanson jusqu’à plus de dix minutes avec une superbe performance de leur percussionniste Lenny Castro. Le seul point négatif que je pourrais trouver à leur performance est que les claviers de Steve Porcaro étaient parfois inaudibles, ce qui est dommage compte tenu du talent qu’il a.

Malgré leur âge, le groupe Toto a complètement rocké avec une performance extrêmement solide! Avec leur expérience, leur talent et leur humour, ils comptent maintenant un fan de plus!

Setlist : Only The Children, Hold The Line, Afraid Of Love, Lovers In The Night, Pamela, I’ll Be Over You, Chinatown, Great Expectations, Red House (The Jimi Hendrix Experience Cover), Stop Loving You, 99, The Muse, Home Of The Brave, Rosanna, I’ll Supply The Love, Africa.

 Auteur: Maxime Pagé

Photographe: Hélène Dickey

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009