mg_2804-2

The Paper Kites étaient de retour à Montréal le 23 novembre dernier au Théâtre Corona, après avoir été de passage à Osheaga l’été passé. Ils ont débuté leur spectacle avec Revelator Eyes et en précisant qu’ils étaient très heureux d’être de retour à Montréal en commentant : “It’s such a beautiful theatre, we don’t have anything like this back home in Melbourne.”

Puis, le chanteur principale s’exclame: “We’re going to try something different for the next few songs, we’re going to try to play in the dark. I don’t know legally how dark, it must be safe! Please take car of yourself out there.” C’est sous les rires et les applaudissements des spectateurs que les lumières se ferment et que le théâtre se retrouve dans le noir et que le chanter explique: “I really love listening to music in the dark, because you kind of have no choice but to be completely asborbed to whatever you’re listening to.” Les lumières se ferment et le chanteur invite les spectateurs à se fermer les yeux, à tenir la main de quelqu’un s’ils le désirent et d’écouter, tout simplement. Une musique douce, des couples qui s’enlacent et qui chantent avec le groupe, alors qu’ils jouent Bloom, leur chanson la plus connue dans l’obscurité, leurs sifflements résonnant dans le théâtre.

Des lumières multicolores sont projetées vers la scène, alors que le chanteur principal manie son harmonica et que le public se laisse transporter par la musique, laissant leur corps bouger au rythme de leur mélodie. Le groupe a fait une reprise magnifique de I’m on Fire de Bruce Springsteen, qui se marie parfaitement à la voix douce et magnifique de Christina Lacy. Ils ont interprété Electric Indigo et Featherstone avant le rappel. Le public tappe des mains, bouge et chante avec le groupe avec énergie. Les cinq artistes sont revenus en force sous les cris et les applaudissements de la foule, mais avec cette fois-ci avec qu’un seul micro. Ils ont interprété St. Clarity complètement a cappella, en claquant des doigts et en tappant du pied de façon rythmée. Ils ont terminé avec une magnifique version acoustique de Halcyon. The Paper Kites ont su se montrer près du public, en ayant pusieurs interactions amusantes avec lui tout au long du spectacle. Ils ont livré rien de moins qu’un spectacle à leur image, doux et coloré.

Auteure & Photographe: Marie-Jade Morneau

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009