Le groupe britannique The 1975 était de passage vendredi soir dernier au parc Jean-Drapeau accompagné du groupe Colouring. C’est devant une foule peu nombreuse, mais enthousiaste et un ciel menaçant de pluie que ses deux groupes ont performés.

J’avais entendu quelques chansons de Colouring avant de les voir (par surprise) vendredi dernier et je n’ai pas du tout été déçue. J’ai vraiment été impressionnée par leur performance et par la qualité de la voix du chanteur. Chapeau et j’espère vraiment qu’ils seront de passage bientôt pour voir leur performance complète cette fois.

Le band de Manchester a ouvert le spectacle avec leur morceau bien connu The 1975. S’en est suivie de la chanson rythmée Love me. Dès ses premières secondes sur scène, le frontman Matthew Healy nous a montré ses talents de danseur avec de magnifiques mouvements de genoux et un corps assez mou merci. Cela a su mettre un sourire au visage des fans présents. Par contre, plus le spectacle avançait, plus je me demandais si le chanteur voulait vraiment être présent. Il dansait, oui, mais semblait être peu présent mentalement. Il enchaînait cigarette (ou joint qui sait) après cigarette et communiquait à peine avec la foule. À un moment du spectacle, une fan lui a fait une demande spéciale et il lui a répondu qu’il ne prenait aucune demande spéciale et qu’ils allaient jouer selon ce qu’il voulait. Cela m’a fait légèrement hausser les sourcils. Cependant, il a aussi fait passer un joli message qui était de laisser tomber nos cellulaires l’espèce d’une chanson et d’apprécier le show au moment présent.

Le show qui était commencé sur une bonne lancée a fini par être un peu long selon moi, car le band enchaînait chanson calme après chanson calme et ils m’ont complètement perdue. Par contre, ils m’ont retrouvée lorsqu’ils ont joué leurs singles Girls et Chocolate.

Ce qui m’a le plus impressionné du spectacle est les jeux de lumière et les multiples projections qui décoraient la scène de la première à la dernière seconde. Ces éclairages changeaient à chaque chanson ce qui était encore plus impressionnant. C’est à ce moment-là que je me suis dit que j’étais chanceuse d’être née dans les années 90 pour voir des spectacles aussi merveilleux visuellement.

En bref, j’ai passé une belle petite soirée. J’ai surtout apprécié le décor que je voyais derrière et sur le côté de la scène. Le centre-ville, les arbres et la biosphère toute éclairée. Cela m’a fait réaliser à quel point je vivais dans une ville merveilleuse! 

Auteure: Elizabeth Gauthier

Photographe: Paul Blondé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009