Les fans de métal mélodique ont été choyés avec la venue à Montréal du groupe américain Starkill dans le cadre de sa première tournée en tête d’affiche. Pour l’occasion, ils étaient accompagnés des groupes Crimson Shadows, Mellevon et Token Of Hate. Ça risquait d’être un lundi soir assez mouvementé et un mardi matin des plus brutaux!

Token Of Hate : Un tout premier spectacle et quelques croûtes à manger

Le groupe montréalais Token Of Hate avait la lourde tâche de réchauffer une foule assez timide et ça risquait d’être difficile. Un cadre arborant le logo du groupe était appuyé sur le drum et leur servait de backdrop, ce qui est assez original. Fait intéressant, c’était la toute première prestation live du groupe et d’ouvrir pour un groupe comme Starkill comme premier show, ce n’est pas rien! Ils oeuvrent dans un metalcore assez standard dans la même veine que Killswitch Engage et sonnait parfois comme le matériel plus récent D’In Flames. Pour un premier spectacle, j’ai trouvé que le groupe s’en sortait pas mal avec une bonne présence scénique de la part du chanteur mais on sentait une certaine gêne de la part des autres musiciens. Comme tout groupe qui commence, j’ai trouvé leurs compositions un peu générique et beaucoup trop remplies de breakdowns. C’est cool, mais trop c’est comme pas assez et ça ne doit pas devenir le point fort des chansons. Le scream vocal était un peu monotone et le chant clair est clairement a retravailler. Un autre point à travailler serait au niveau du drum qui n’était pas toujours très tight. Token Of Hate a donné une bonne prestation vu les circonstances mais a encore des croûtes à manger pour se démarquer.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Mellevon : Quand la machine manque d’huile

Mellevon, groupe qui se décrit comme du melodeath industriel, est arrivé sur scène avec un set-up assez intéressant comprenant des projections de leurs paroles. L’absence totale de drum sur la scène m’a quelque peu surpris, mais on est industriel ou on l’est pas! Les musiciens ont foulé les planches avec une attitude de conquérants…mais n’avaient pas tout à fait le matériel et l’expérience pour ça. Les chansons s’enchaînaient et se ressemblaient toutes et même la claviériste avait l’air de s’emmerder derrière son instrument. Malgré leur description qui me semblait intéressante, je n’ai trouvé aucun élément de melodeath dans leur musique, juste énormément de breakdowns et beaucoup d’industriel. Je n’ai pas non plus vu beaucoup de chimie entre les membres du groupe. Le chanteur et le guitariste à droite de la scène étaient très énergiques mais les autres semblaient jouer que pour eux-mêmes. Un rendez-vous quelque peu raté pour Mellevon qui aurait avantage à diversifier ses compositions et sa présence scénique.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

 Crimson Shadows : un métal canadien épique et efficace!

C’était maintenant au groupe torontois Crimson Shadows de nous démontrer son savoir faire avec sa musique épique. J’avais entendu parlé du groupe il y a de cela quelques années avec leur participation au Wacken Open Air 2013, et disons que c’est un pas pire gage de qualité. À leur arrivée sur scène j’ai pu voir des figures familières : Paul Ablaze de Blackguard au chant et Morgan Rider de Vesperia à la basse. Contrairement aux deux autres groupes, la qualité de son et de composition est vraiment grimpée d’un cran. Leur musique est épique, rapide, et rentrait au poste en s’il-vous-plaît! Les musiciens avaient l’air d’avoir beaucoup de plaisir à jouer ensemble et c’est un élément qui fait toute la différence. Leurs compositions sont parfois répétitives, mais j’ai grandement apprécié leur performance qui était très tight. En espérant les revoir plus souvent à Montréal!

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Starkill : Le boys band le plus métal qui soit!

Le groupe de Chicago Starkill multiplie ses passages à Montréal depuis quelques années déjà mais c’est la première fois qu’il nous visite en tant que tête d’affiche. C’était aussi une première fois pour la nouvelle chanteuse du groupe Sarah Lynn Collier qui a participé à l’enregistrement de leur plus récent album Shadow Sleep. C’est malheureusement devant une foule assez maigre d’environ 50 personnes que les musiciens se sont présentés sur scène pour nous jouer un métal mélodique, accrocheur mais qui vous rentre dedans. Parker Jameson et sa bande avait l’air contents d’être là et étaient très communicatif avec la foule. Malgré leurs trois excellents albums, la setlist était surtout constitiuée de titre de leur dernier album et seulement deux autres chansons provenant de Virus Of The Mind ont été interprétées, Be Dead Or Die et Before Hope Fades. Les jeux de lumières étaient très bons et je crois même que c’est le meilleur que j’ai pu voir au Piranha Bar jusqu’à maintenant.

Le point fort de la soirée a été l’interprétation de Shadow Sleep et le duo vocal sur Piece Of Paradise sonnait à merveille! La seule chose qui me laisse un peu perplexe quant à leur performance est que malgré le talent de Sarah Lynn Collier, je me demande si c’était nécessaire de l’emmener en tournée pour seulement être sur scène la moitié du temps. Elle a une très bonne voix et j’espère qu’elle prendra plus de place dans les futures compositions. Ce fut somme toute une très bonne performance de la part de Starkill et je souhaite que la salle soit plus remplie la prochaine fois!

Auteur: Maxime Pagé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009