Alors qu’une partie du Québec subit des inondations record, sans compter que Noé et Moïse se font attendre. C’est dans cette atmosphère dépressive que je quitte l’Outaouais et me rends à Montréal en ce lundi 8 mai au Théâtre Fairmount  pour la tournée No More Safe Space (je vois déjà la polémique s’installer). Les groupes présents sont : Shining, Revenge, Wolvhammer et Deathbringer. Les portes doivent ouvrir pour 18h30, et pour un mois de mai, je l’admets, on se les gèle encore et encore. Néanmoins, une fois au chaud à l’intérieure de la salle je me dirige vers le bar, histoire de me désaltérer avec une bière. Échouer au même endroit, Niklas (Shining) commence avec d’autres musiciens à se réchauffer avec de la boisson pour le show. La salle se remplit graduellement, mais c’est loin d’être bondé.

Vers 19h30, Deathbringer (Montréal) entre en scène. Le groupe livre la marchandise, musique efficace et agressive à souhait. Le seul bémol que j’ai trouvé était que le vocal du chanteur Étienne Dufresne se faisait enterré par la musique en général, pour le reste la performance était vraiment bonne. Les trente minutes suivantes, nous avons droit à de nouvelles compositions de l’EP “L’enfer c’est nous“. Massacre à la tondeuse est selon moi un vrai plaisir auditif. Ce groupe promet et j’ai déjà hâte de les revoir sur scène. Le ton est lancé pour cette première partie et à ce moment et de nouveau venus se sont greffés à la foule.

Pour la prochaine demi-heure, Wolvhammer (États-Unis) poursuit le spectacle. À vrai dire, je n’avais jamais vraiment entendu parler de ce groupe avant. J’ai écouté certains morceaux sur le web, sans pour autant accrocher plus qu’il ne le faut. Donc, je n’avais d’une certaine manière aucune attente! Quand les premières compositions ont embarqué, le poing que j’ai eu sur la gueule m’a fait virer ma chemise de bord. J’adore me tromper et me rendre compte que ma première impression était fausse.  D’un tout autre ordre, l’efficacité du chanteur Adam Clemans rajoute une lourde énergie chargée à bloc en entamant les chansons de l’album Clawing into Black Sun. J’ai bien aimé le mélange que donne le son blackened + sludge, cela démontre que le tout peut fonctionner si c’est bien jouer. C’est un groupe que je recommanderais à voir live n’importe quand.

C’est au tour de Revenge (Alberta) de revendiquer la scène pour 45 minutes de pures violences auditives. C’est également toujours bon de savoir que l’Alberta n’exporte pas qu’uniquement du pétrole et des conservateurs. Les compos s’enchaînent à la suite des autres sans arrêt : Us and Them, que je reconnais tout comme d’autres chansons de Behold.Total.Rejection comme Hate Nomad. La musique est simple et va droit au but, sans compassion pour nos oreilles. James Read nous livre un solide blast drum, quant à Chris Ross, expressif à souhait beugle sans lendemain. Quoique Revenge soit un groupe divertissant sur scène, j’admets que je ne suis pas devenu un émule. Après une trentaine de minutes, la lassitude s’installe en raison des compositions qui sont fortement répétitives à mon humble avis. Malgré tout, de nombreux spectateurs semblent avoir grandement apprécié leur performance. Heureux de les avoir vus sur scène tout de même.

Finalement, le clou du spectacle : Shining (Suède), le band dont j’ai le plus d’attente évidemment. Déjà que les albums III à V sont des bijoux à mes yeux, j’avais enfin l’occasion d’entendre certaines compositions sur scène. Pour mon plaisir, on nous introduit des chansons du dernier opus IX- Everyone, Everything, Everywhere, End, dont la très bonne Vilja & Dröm. Le chanteur Niklas Kvarforth semblait émécher par l’alcool, mais il était heureusement loin d’être inefficace sur scène, au contraire. Il nous livre une belle performance en interagissant avec la foule, un mélange simple de provocation et de respect (beau paradoxe). J’ai bien été épaté par le guitariste finlandais Euge Valovirta, qui nous livre de très bons solos et que même Niklas nous démontre son «admiration» pour lui. Sans oublier le bassiste Marcus Hammarström qui galvanise la foule lors des «errements» de Niklas et de l’automutilation qui s’ensuit. Ah! Une chanson qui me fait tripper et que la salle semblait ravit’entendre : Submit to Self Destruction. Suivit d’autres morceaux comme Yttligare Ett Steg Närmare Total Jävla Utfrysning et on a même eu droit à une blague du groupe en jouant le début de Painkiller. Bien aimé voir le what the fuck dans le visage de la foule. Heureusement après cette commotion auditive on enchaîne Låt Oss Ta Allt Från Varandra. Le show tire à sa fin avec un public satisfait.  Shining se retire aussi rapidement qu’il est venu, tout comme moi d’ailleurs qui m’en retourne dans ma région inondée! Bref, une bonne soirée avec de bons groupes. Hail!!

Mention spéciale au Théâtre Fairmount, belle ambiance de salle, le son était vraiment bon et j’admets que c’est un endroit que je recommanderais pour de futures prestations. Merci aussi à Extensive Entreprise pour cette programmation.

Auteur: François Maltais\

Crédit photo: Shining + Wolvhammer

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009