Mardi soir était un soir de premières fois pour moi : mon premier spectacle à la Place Bell de Laval et mon premier spectacle de Scorpions. Je ne suis pas le plus grand connaisseur mais je connais mes classiques, j’étais donc fébrile à l’idée de voir ces légendes du hard rock performer malgré leur âge respectable. Surprise que plusieurs n’attendaient pas, les vétérans du thrash metal américain Megadeth allaient assurer la première partie de ce spectacle, parlez-moi d’un beau mélange des genres! Les gens s’entassaient déjà devant la salle à l’ouverture des portes et il allait y avoir du monde à la messe!

Megadeth : un rendez-vous plus que manqué

Megadeth est un groupe qui n’a pas vraiment besoin de présentation tant leur feuille de route est longue. Leur plus récent album Dystopia a bien été reçu autant par la critique que leurs fans et le fait d’avoir gagné le Grammy Award de la meilleur performance metal les a clairement gonflé à bloc. Mais après les avoir vu à plusieurs reprises, je crois que le spectacle de ce soir a été le pire que j’ai vu. Dès les premières notes de Hangar 18, on se rend compte que quelque chose cloche. Le son du drum est beaucoup trop fort, la basse et et les guitares ne le sont clairement pas assez et le micro de Dave Mustaine semblait fonctionner que de façon intermittente. Le groupe a même dû arrêter leur prestation pendant plusieurs minutes, laissant la salle dans le noir pendant de longues minutes.

J’ai dis que le micro “semblait” faire défaut mais en fait c’est la voix de Dave Mustaine qui n’était tout simplement pas au rendez-vous. La pièce Mechanix a été à l’image d’un accident de train tellement le mix était horrible et on aurait dit que Mustaine marmonnait plus qu’autre chose. Une chance que Dave Ellefson et Kiko Loureiro étaient là pour sauver les meubles. Au moins, cette voix enrouée était parfaite pour l’interprétation de Sweating Bullets qui fut pour moi le seul point fort de la soirée avec celle de Symphony Of Destruction. Même À Tout Le Monde qui est une pièce que j’apprécie beaucoup a été carrément gâchée. C’est sur les notes de Holy Wars…The Punishment Due que Megadeth a tiré sa révérence après seulement cinquante minutes de spectacles. Même si les difficultés techniques ont régné sur la presque totalité de leur set, ils auraient au moins pu jouer une chanson de plus.

Setlist : Hangar 18, Mechanix, Take No Prisoners, Sweating Bullets, À Tout Le Monde, Dystopia, Symphony Of Destruction, Peace Sells, Holy Wars…The Punishment Due

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Scorpions : Du rock comme il ne s’en fait plus!

C’est maintenant le moment que tout le monde attendait, l’arrivée de Scorpions sur scène devant une salle très bien remplie! Ils ont parti le bal avec Going Out With A Bang tiré de leur plus récent album Return To Forever, une solide entrée de jeu! Le chanteur Klaus Meine était en voix et vu son âge vénérable de 69 ans, c’était assez impressionnant! Et que dire de l’énergie débordante de Rudolf Schenker avec son sourire fendu jusqu’aux oreilles et ses riffs à tout casser! Par contre, c’est le nouvel ajout au groupe qu’est le drummer Mikkey Dee qui a vraiment attiré mon attention ce soir. Anciennement de Motörhead, j’avais eu la chance de le voir avec eux dans le cadre du Heavy Montreal 2011 et ça fessait fort!

Le choix de chansons du groupe était très similaire à celui joué à Montréal en 2015, mais je ne crois pas que personne s’en plaindra. Un habile mélange de chansons plus récentes comme We Build This House et Rock ‘N’ Roll Band et de plus vieilles comme The Zoo et Big City Nights a vraiment su ravir les fans présents. Ce que j’ai beaucoup apprécié a été sans aucun doute les medleys de chansons beaucoup plus vieilles comprenant Top Of The Bill, Steamrock Fever, Speedy’s Coming et Catch Your Train. Beaucoup de groupes tendent à oublier leur matériel plus ancien mais ce n’est définitivement pas le cas avec Scorpions. Un medley de ballades acoustiques a aussi été joué et c’était la première fois que je voyais une Flying V acoustique! Le tout s’est terminée avec Send Me An Angel, chanson chargée d’émotions qui est venue en chercher plus d’un! C’était exactement le bon moment pour nous envoyer Wind Of Change, probablement la chanson la plus connue du groupe et ça a fait effet! On a  aussi eu droit à quelque chose d’assez spécial : un hommage à Lemmy Kilmister avec la chanson Overkill. La basse de Paweł Mąciwoda-Jastrzębski a monté d’un cran et ça rentrait en s’il-vous-plaît!

Après la pièce Blackout (probablement la chanson la plus métal du groupe) ainsi que Big City Nights, le groupe s’est fait attendre pour un rappel qui allait vraiment casser la barraque. C’est avec No One Like You qu’ils sont revenu et c’était du solide…pour en arriver par la suite au moment d’émotion de la soirée : Still Loving You. La foule s’époumonait sur le refrain et, sérieusement, j’ai des frissons juste à y repenser! Quand tu veux une finale qui a du punch, Rock You Like A Hurricane est la chanson idéale pour se shaker la tête une dernière fois!

Scorpions ont offert un excellent spectacle qui était d’ailleurs le premier vrai concert de la Place Bell. Si je pouvais y retourner ce soir, je le ferais!

Setlist : Going Out With A Bang, Make It Real, Coast To Coast, Top Of The Bill/Steamrock Fever/Speedy’s Coming/Catch Your Train, We Built This House, Delicate Dance, Always Somewhere/Eye Of The Storm/Send Me An Angel, Wind Of Change, Rock ‘N’ Roll Band, Overkill (Motörhead Cover), Blackout, Big City Nights, No One Like You, Still Loving You, Rock You Like A Hurricane

Photographe: Paul Blondé

Auteur : Maxime Pagé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009