20150619 RF J1 1201

19 juin 2015 – Après 1 an d’attente, l’Amnesia Rockfest de Montebello était enfin à nos portes ! Le petit village des Outaouais a fait honneur à sa réputation en accueillant une fois de plus prés de 200.000 punks et metalleux* en tous genre le temps d’une fin de semaine mémorable.

Pour cette dixième édition le Rockfest de Montebello aura su nous montrer une fois de plus son visage sans cesse renouvelé d’une organisation qui devient de plus en plus solide. S’affichant encore ouvertement comme “Le plus gros festival rock du Québec”. Alex Martel, chef d’orchestre bienveillant et personnage omniprésent sur les réseaux sociaux aura une fois de plus mené le bateau à bon port. On peut se gonfler le torse une fois de plus, c’était gigantesque, c’est arrivé chez nous au Québec.

En plus des têtes d’affiche de tout horizons comme SOAD, Linkin Park, Slayer, The Offspring ou encore Snoop Dogg. Les amateurs de musique punk, metal, rock et hardcore n’auront pas manqué les prestations des autres formations qui étaient au festival. On pense notamment à la première visite de Tenacious D au Québec, Ministry et Skinny Puppy qui jouent pour la première fois ensemble depuis 1988. Mais aussi Refused, Thrice et Satanic Surfers qui se réunissaient spécialement pour le Rockfest. C’était sans oublier les Pixies, Rob Zombie, Deftones, Rancid, Bad Religion ou encore Sublime With Rome. Et si vous avez manqué ça, l’équipe de Thorium Mag était sur place pour une 5ieme année consécutive pour vous en ramener le maximum de souvenirs !


Bodh’aktan

Vers l’heure du dîner, nous avons levé l’ancre avec Bodh’aktan, un groupe de rock celtique québécois qui nous a donné le mal de mer avec sa musique de pirates… Ou était-ce l’alcool que nous buvions en chantant tous en chœur le classique qu’est leur chanson Du rhum, des femmes? Dans tous les cas, cette demi-heure de musique entraînante n’aurait pas pu mieux commencer le festival. Larguez les amarres, matelots!


 

Bookakee

Ce n’est jamais facile pour une formation de jouer très tôt en journée dans un festival. Le groupe Bookakee foulait donc la scène Jägermeister alors que la majorité des festivaliers étaient encore en ligne à l’extérieur du site. En plus de nous offrir une prestation intense musicalement, ces derniers nous offrent une prestation visuelle qui comprend une scie à chaine, une césarienne, Donkey Kong, Mario Bros, du sang à profusion et deux wall of death. Le groupe a cependant ajouté une surprise dans leur spectacle. En effet, cette prestation était le moment choisi par le chanteur Philippe Langelier pour demander sa douce moitié en mariage (elle a dit oui)! Quelle belle manière d’entamer la journée et toutes nos félicitations à Philippe et Marie-Maude!


Beyond Creation

Beyond Creation est un autre excellent groupe québécois qui était en action en début de journée sur la scène Tony Sly 2. C’est donc sans surprise qu’une bonne quantité d’amateurs étaient présents pour voir le groupe. L’intensité et la précision de leur musique death metal technique progressive étaient impressionnantes et le nouveau bassiste Hugo Doyon-Karout a offert une prestation magistrale.


Les Ékorchés

Nous retrouvons plusieurs amateurs pour la quatrième prestation du groupe Les Ékorchés à l’Amnesia Rockfest. Marc Vaillancourt (B.A.R.F.) est en très grande forme en ce début d’après-midi et nous livre une excellente performance vocale. Ayant très peu de temps sur la scène Budweiser, la formation enchaine les succès rapidement tout en interagissant régulièrement avec la foule. Les thrashs les plus intenses ont bien entendu été durant les pièces Juste Assez Sharp, Burn Out et l’excellente D’la Viandes Cé Murs.


The Dillinger Escape Plan

Ceux qui attendaient de voir le groupe The Dillenger Escape Plan ont été grandement déçus de savoir que le chanteur Greg Puciato, n’a pas été accepté au Canada. Ces derniers offrent quand même fait leur spectacle comme d’habitude, mais l’absence du chanteur est marquante autant au niveau de la voix (Ben Weinman chante seulement les refrains) que dans la dynamique de groupe. Malgré cela, ces derniers offrent une excellente performance qui restera un excellent souvenir pour les amateurs.


 

Goldfinger


 

Carcass

La formation anglaise Carcass est venue spécialement d’Europe pour cette prestation à l’Amnesia Rockfest et ils n’ont pas déçu. La foule a grandement apprécié la musique agressive qui était principalement tirée de leur dernier album (Surgical Steel). La prestation était très dynamique et Bill Steer (guitare) avait beaucoup de plaisir à s’exécuter sur scène. Bien entendu, le thrash était à son maximum tout au long de leur prestation, ce qui est toujours un signe de réussite.


 

Capitaine Revolte


 

Randy The Band


 

Down

La formation Down est le premier groupe attendu de pied ferme par les amateurs regroupés en grand nombre devant la scène Loto-Québec. Dès les premières notes, les festivaliers s’en donnaient à coeur joie et faisaient du crowd surfing à profusion. Le groupe est en grande forme et est très dynamique sur scène. Comme à son habitude, Phil interagit avec la foule régulièrement, au grand plaisir de cette dernière. Évidemment, Phil dédie la pièce Lifer à son bon ami, le regretté Dimebag Darrell. Un problème technique a légèrement ralenti la cadence infernale de leur prestation sans toutefois nuire au spectacle. Le tout se termine avec l’excellente Bury Me In Smoke, et la célèbre phrase provenant de la pièce Stairway To Heaven.


 

Atreyu


 

Michael Graves (Misfits)


 

Bad Religion


 

Walls Of Jericho


 

Coheed and Cambria

Pour bien illustrer le style diversifié du festival, le groupe Coheed And Cambria à la lourde tâche de suivre la prestation de Down. Même si le style rock progressif est loin d’être aussi agressif, le côté technique et entrainant de leur musique attire beaucoup de monde à la scène Jägermeister. Le groupe fait une excellente sélection de pièces, ce qui donne beaucoup de fluidité à leur prestation. Les amateurs ne se gênent pas pour démontrer leur appréciation en chantant les refrains tout au long de leur spectacle.


 

Deftones

Comme il est de plus en plus commun, il n’est pas rare de voir un groupe jouer un album dans son intégrité lors d’un festival. C’est exactement ce que réservait Deftones aux amateurs en jouant l’album Around The Fur. La jeune foule est très démonstrative, et ce, dès l’arrivée en scène du groupe. Ces derniers sautaient au rythme de la musique selon les indications du chanteur Chino Moreno et chantaient les paroles du début à la fin de leur spectacle.


 

The Exploited

Pendant que les plus jeunes écoutaient Deftones, ceux qui aimaient la musique plus violente étaient devant les scènes Tony Sly 1 et 2. Oui, vous avez bien lu, il y avait tellement d’amateurs qu’ils étaient devant les deux petites scènes au haut de la colline pour voir la prestation de The Exploited, le seul groupe punk de la journée. Le groupe est déchainé sur scène et transmet son énergie à la foule dès le début du spectacle. Le thrash est intense et même violent par moment, mais cela n’empêche pas une personne en fauteuil roulant d’être à la première rangée! Les classiques Let’s Start A War (Said Maggie One Day), Fuck The USA  et Sex & Violence ont été les plus appréciées. Lors de la dernière pièce, Wattie a invité la foule à monter sur scène (au grand mécontentement de la sécurité) alors qu’Irish Rob et lui allaient dans pit pour faire chanter la foule! Quelle fin de spectacle épique!


Parkway Drive

Compte tenu des nombreux passages dans la métropole du groupe Parkway Drive ces dernières années, il n’est pas surprenant de voir une grande foule devant la scène Jägermeister. L’intensité de leur musique metalcore n’est égalée que par leur prestation sur scène et par l’énergie dégagée par la foule. Winston McCall demande régulièrement à la foule de chanter avec lui, ce qui sera particulièrement magistral en fin de spectacle lors de la pièce Home Is For The Heartless. Ceux qui espéraient une prestation plus longue pourront se reprendre plus tard cette année alors que le groupe sera en tournée nord-américaine pour leur nouvel album.


Subb


 

Steve O


 

Cro Mags


 

Sublime With Rome


 

Bolt Thrower

Comme c’était le cas pour Venom l’année dernière, l’Amnesia Rockfest nous propose Bolt Thrower, un autre groupe death metal qui n’est pas venu en sol nord-américain depuis très longtemps (1994). Les amateurs sont donc rassemblés en grand nombre devant la scène Tony Sly 2 pour assister à une prestation intense et agressive. Même si ces derniers étaient conquis d’avance et scandaient le nom du groupe entre chaque pièce, la formation anglaise ne tient rien pour acquis et nous offre une courte prestation couvrant pratiquement toute leur discographie. La foule a particulièrement été démonstrative pendant la pièce No Guts, No Glory. Il faudra maintenant espérer que cette superbe démonstration d’affection saura convaincre le groupe de revenir plus fréquemment!


 

Skinny Puppy

La noirceur finalement tombée, il est maintenant temps de passer aux groupes qui ont une prestation axée davantage sur l’aspect visuel, comme la formation canadienne Skinny Puppy. Leur spectacle est lugubre et met en évidence le chanteur Nivek Ogre qui arrive sur scène en complet avec un masque blanc lui recouvrant le visage et des seringues un peu partout sur son corps. Le jeu de lumière s’agence parfaitement avec la musique industrielle et l’aspect poste apocalyptique est parfaitement réussi lorsque l’on voit le visage ensanglanté de Nivek. Même si le groupe nous a offert quelques raretés (Death et T.F.W.O), ce sont les pièces The Choke et Curcible qui ont été les plus appréciées par la foule.


 

Mononc Serge

Mononc’ Serge, qui nous a d’ailleurs accordé une entrevue, est arrivé sur scène avec ses musiciens, tous déguisés en sportifs. J’ai rarement vu autant de folie sur scène, à dire vrai. Il nous a parlé en allemand, nous a demandé de le huer, racontait histoire après histoire, blague après blague, et a été jusqu’à forcer ses musiciens à faire de l’exercice physique pendant le show. Si trois mots devaient décrire chaque personne sur Terre, les siens seraient sans le moindre doute «bête de scène». Il nous a fini tout ça avec sa chanson Coupe Couillard, pendant laquelle le public a participé de façon extraordinaire.


 

Sick of it all


 

The Offspring

Vint le temps de la journée que beaucoup de monde attendait. The Offspring allait sur la scène principale pour interpréter la totalité de leur album Americana, datant de 1998. Intéressant, vous dites? C’était la première fois de leur histoire qu’ils jouaient l’entièreté de cet album dans un show. Oui, c’était un moment très attendu. Déception. Le groupe était sur le cruise control du début à la fin, on ne sentait pas la moindre énergie qui se dégageait de la scène. Malgré tout, le flot de festivaliers a mis de l’ambiance et a sauvé la prestation qui, somme toute, s’est avérée très divertissante.


 

Ministry

La formation Ministry avait le mandat de clore les festivités de la première journée sur scène Jägermeister. Le groupe entame leur prestation avec quatre pièces provenant de leur dernier album (From Beer To Eternity), ce qui semble laisser plusieurs amateurs de glace. Malgré la lourdeur de leur musique et leur excellente prestation visuelle, le manque d’interaction d’Al Jourgensen joue contre le groupe pendant cette première moitié de spectacle. La foule est beaucoup plus démonstrative lors de la seconde moitié lorsqu’ils entendent les vieux classiques (N.W.O., Just One Fix, Thieves et So What). Je crois qu’une répartition plus homogène de leurs compositions aurait davantage plu à la foule.


 

Descendents


 

Linkin Park

Dernier mais non le moindre pour ce vendredi endiablé, Linkin Park a fait sauter la baraque sur la scène principale, nous offrant un répertoire de leurs chansons les plus connues, au plaisir de leurs fans qui étaient présents par milliers, mais au grand dam des amoureux du rock pur et dur, qui ont trouvé la prestation «trop commerciale». Un public nombreux mais fatigué les a tout de même accompagnés jusqu’à la fin, jusqu’à ce qui sonnait l’heure d’aller prendre des forces pour une autre journée tout aussi excitante le lendemain.

(*) Selon les organisateurs.

Auteurs : Albert Lamoureux, Sebastian Pizarro, Paul Blondé

Photographes : Paul Blondé, Thomas Mazerolles

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009