10991223_10153180019946320_6985506637127406315_n

01 avril 2015 – Cela faisait bien longtemps que nous n’avions pas mis les pieds au Saint des Seins. Aujourd’hui nous nous y rendons pour assister à un show organisé par Useless Pride Records. Au menu, du son Metal/Punk/Hardcore avec Upon Us All, Stride Against Lies et Rise Of The Northstar. Je pénètre dans un bar hyper rempli, il est 20h30.

J’arrive pile au moment où les membres d’Upon Us All montent sur scène. Le tout jeune groupe toulousain (2014) va nous envoyer un son alliant divers styles, prog, deathcore, djent et hardcore. C’est Younes qui assure en tant que vocaliste. Il est accompagné par Andréa à la guitare, Jean à la batterie et Jordi à la basse. Ça sonne très bien, une musique moderne et une bonne énergie. Le groupe commence à chauffer la foule, tranquillement mais efficacement. Les moins timides s’approcheront de la scène pour quelques mouvements de « karaté » et petits pogos, on se chauffe. Encore peu expérimentés, les membres d’Upon Us All s’en sortent très bien, régentant le début de soirée avec un set pêchu d’une trentaine de minutes. Sympathique première partie qui aura permis de rentrer dans l’ambiance et dont vous pouvez retrouver le titre My Inner Beast en ligne.

Petite pause, puis, c’est au tour des tarnais de Stride Against Lies de reprendre le flambeau. La bande est née de la fusion des anciens membres de The Act Of Fortune et Disord-R en 2009 et subira quelques changements de line-up. Leur métal hardcore brutal est influencé par des groupes tels que Hatebreed ou Born From Pain. 21h20, c’est reparti ! Jeejee s’amène, suivi du batteur JB, de Rem et Arno aux guitares et aux chœurs accompagnés par Kouf et sa basse. On passe à quelque chose de plus violent. Jeejee, va nous balancer son chant guttural en pleine face, nous faisant une démonstration de modulation impressionnante : grunt, death growl et pig squeal, il gère ! Selon les morceaux la cadence est variée, on passe de riffs lents et lourds à une rythmique ultra rapide. Ça envoie du blast beat avec JB derrière la batterie, tchuka tchuka tchuka ! Le public s’agite, le sol va trembler. Et si on faisait un wall of death ? Ben oui hein, ambiance bagarre ce soir. Les slammeurs se lancent, ça pogote, ça secoue ses membres ! Quelques éléments du bar en feront les frais,  on a dit bagarre pas démolition ! Ils sont fous ces jeunes ! Sonorités puissantes, c’est irascible, ça vous emporte avec des titres comme Deadline, Brainwash, Choose Me ou encore Unleash the Anger. Le chanteur agrémentera le set avec des prises de paroles, « fuck le gouvernement » ouuhhh le rebelle ! Ça a au moins le mérite de faire sourire et c’est l’essentiel. Encore 30 minutes de bon son dans une bonne ambiance, merci Stride Against Lies.

La scène est habillée du logo Rise Of The Northstar affiché sur le backdrop  et des bannières portant des inscriptions japonaises sont disposées de chaque côté. Leur musique est un mélange de punk, hardcore, metalcore, thrash et hip-hop, les compositions, le nom du groupe ainsi que leur identité visuelle sont inspirés par la culture japonaise et les mangas. Il est 22h10 lorsque les parisiens débarquent vêtus de leurs fidèles gakurans. Le public est déjà bien animé, et autant vous dire que le Saint des Seins va littéralement surchauffer ce soir ! Le chanteur Vithia, en véritable frontman, va nous balancer son énergie en pleine face. Les musiciens vont enchaîner les titres : What the Fuck, Welcame, Sound Of Wolves… C’est déjà la folie dans la salle, tout le monde s’éclate. La fièvre envahie la foule qui se met à jumper, slammer, pogoter, ça tournoie en circle pit … la guerre !  Il faut dire que les gars se donnent à fond, leur fougue est communicative et les morceaux sont plus entraînants les uns que les autres. Comme dirait Rise Of, Again and again and again and again ! Ouh ha! Les riffs délivrés par les deux guitaristes Evangelion-B et Air-One (enfin chez nous c’est le sosie de Baptistin) sont explosifs.  Hokuto no Kev  envoie du blast à la batterie, tu ta tu ta tu ta ! Fabulous Fab fait vibrer sa basse et assure les chœurs en compagnie de ses confrères.  On entendra Demonstrating My Saiya Style ou encore Protect Ya Chest, avant que le groupe ne s’éclipse. Leur son est excellent en live, ce mélange de style (aussi bien visuel que musical) est plus qu’efficient. La branlée ! Nous ne sommes dorénavant plus dans un bar mais dans un sauna ! Tout le monde est trempé, essoufflé, mais il va falloir se donner encore un peu. En effet, Rise of The Northstar ne pouvait pas partir maintenant, pas avant d’avoir envoyé du Samurai Spirit ! Vlan ! Et c’est alors que l’ensemble de la foule entonne le refrain: Sa sa sa sa ! Samurai Spirit ! Et on termine avec One for All. Vous vouliez la bagarre ? Et bien je crois que vous avez été servis ! Et si vous en voulez encore, vous pourrez retrouver le quintet au Hellfest et à L’Xtreme Fest. See you inda Pit !

Une soirée agitée, animée par trois groupes qui envoient du pâté et une foule de spectateurs qui a envahi et démoli le Saint des Seins en ce mercredi soir.  Merci à Useless Pride Records, Rise of The Northstar, Stride Against Lies et Upon Us All.

Auteur: Fanny Dudognon

Crédit photo: ROTN

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009