Premier festival du genre extrême à Ottawa, du moins à ma connaissance, l’Ottawa Funeral Fest  rassemble ainsi différents groupes de metal extrêmes. Ceci se compose majoritairement comme étant du black metal. Ce festival regroupe différents groupes de la scène locale d’Ottawa, ainsi que d’autres formations du Québec. Tout ce melting pot musical formera un embryon à la fois inusité et intéressant.

La Torture des Ténèbre (Ottawa), projet solo, ce groupe se décrit comme étant du Psychiatric Raw Black Metal. Le festival débute ainsi, un mec bien ordinaire qui contraste de manière flagrante avec les spectateurs tous vêtus de noir commence à crier. La musique est extrêmement minimaliste, c’est-à-dire que les compositions sont numériques et ne jouent qu’un rôle de bruit de fond. Le chanteur (si je peux l’appeler de cette façon), nous délivre des cris d’agonies pendant… 30 minutes. Ce n’était pas très inspirant comme entrer en matière, bref un tapas fade et sans saveur. Je rajoute que le mot torture dans le nom du groupe convient très bien à cette première performance. Passons au suivant!

Projekt Göthenburg (Ottawa), c’est un groupe qui ne fait que des covers de death metal suédois. Reste qu’en cette journée ils nous livrent des chansons uniquement tirées de groupes de black metal norvégiens. On débute avec Carving a Giant par Gorgoroth. Excellente idée d’ailleurs! S’ensuivent de différents classiques comme Sons of Northern Darkness d’Immortal et du Dimmu Borgir. Finalement, Projekt Göthenburg représente à mon avis, un bon divertissement musical.  

Le prochain groupe : Primortal (Ottawa) qui se définit comme étant du Ambient/Depressive Black Metal. Ok! Deux types avec des lunettes fumées arrivent sur scène, s’assoient, ne s’introduisent même pas à la foule, vêtus comme deux bozos. Ils commencent à jouer et ils ont l’air de littéralement s’en cr!$$er. Amateur et décevant tant par la performance que par la musique. La touche finale c’est lorsqu’un d’eux sort un superbe tamtam qui, ma foi, n’ajoutait en rien à la performance. Ils osent se décrire comme du DSBM!! Quel culot!! Allez donc écouter (je parle au membre du groupe) du Lifelover, du Shining ou bien du Forgotten Tomb. Bande d’amateurs!

Arkos fait son entrée sur scène, le quatrième groupe à se produire dans le cadre du festival. Corpse paint à l’appui, on a heureusement une formation de black metal dans ce Funeral Fest. Ils nous livrent la chanson Black Moon Ritual et ça ramasse la baraque si je puis me le permettre. Enfin, le party commence! Nous avons droit à une belle performance de leur part et qui plus est, trois nouvelles chansons du prochain album dont celle de Charogne, qui sera sur leur nouvel album. C’est un réel plaisir auditif ainsi qu’une belle expérience qui s’amorce. J’ai déjà hâte de les revoir sur scène.

Le band suivant Ringwraith (Ottawa), est plus dans le genre du Blackened Doomcore. J’admets que je ne suis pas un amateur du style core en général. Le seul core que j’aime c’est le hardcore et je parle de porno… Restons néanmoins objectifs! Du moins, les chansons sont bien jouées et et la musique fonctionne bien dans son ensemble. Pendant une demi-heure on nous martèle les oreilles avec du beuglage digne d’une grosse truie éventrée et des rythmes de batteries déchaînées. Malgré tout, pendant une demi-heure, j’ai eu du plaisir à les voir sur scène.

St-Jérôme débarque en ville avec la formation Görgée (Québec), du black/trash bien dosé. Bref, ce groupe ne se prend pas au sérieux, mais les chansons sont tout de même assez divertissantes pour démolir la fucK!Ng cabane!!! Ils jouent différentes compositions de l’album Black Trash Jérömien dont la chanson Satan, qui connaît quelques problèmes techniques au début. Cela n’a pas empêché la foule de s’enivrer de leur musique en se livrant à des séances de mosh pit  grâce à la musique de nos déjantés de Görgée.

Empyrean Plague (North Bay) embarque sur scène, on a le droit à du black metal atmosphérique. Je n’avais jamais entendu parler d’eux, ni écouté d’ailleurs. Néanmoins ce fut une belle surprise sur scène. Pour les amateurs de Windir, je vous recommande cette formation. La chanson Ancestral Embers Shall Burn est un morceau idéal pour découvrir ce groupe. Je dois également mentionner qu’à ce moment du festival que je commence sérieusement à ressentir l’effet de l’alcool et de l’euphorie générale.

Hollow (Montréal), du black metal atmosphérique, mais qui réussit à se démarquer par leur touche nettement plus esthétique. Le corpse paint est créé de façon artistique en utilisant la technique du airbrush. C’est très réussi! On a droit à un mélange d’influences heavy metal teinté de symphonique. Ça reste intéressant d’entendre Lament Configuration de l’album Mordrake. Sans être un adepte du genre, sur le plan auditif, il s’agit d’un réel divertissement. Pour une première expérience live, je ne suis pas déçu. Merci d’être passé à Ottawa les gars d’Hollow.

L’avant-dernier groupe : Endemise (Ottawa) arrive sur scène. Leur musique se rapproche nettement du style blackened death metal. Les amateurs de Dissection sauront reconnaitre le genre. D’ailleurs, il était prévu que le groupe se produise sur scène lors de la dernière tournée de Taake à Montréal, mais pour des raisons qui mériteraient leur propre article, le spectacle qui n’a pas eu lieu récemment… Dans tous les cas, le résultat sonore laissait à désirer pour une prestation qui ressemblait de très près aux enregistrements sonores de leurs albums. D’ailleurs, les succès de l’album Far From The Light sont ressortis du lot. Endemise sait donner une bonne prestation sur scène. La ville d’Ottawa est déjà conquise par eux. Dans quelques années, à mon avis, on risque d’entendre parler d’eux sur une plus grande échelle. Enfin, je l’espère.

La soirée se termine avec le groupe Panzerfaust (Toronto), du black metal pur et dur. Ils installent eux-mêmes leurs propres jeux de lumière et tout l’attirail pour faire une messe satanique avec bougies et encens à l’appui. Au moins, ça ne sent pas le patchouli populaire chez les granos. L’ambiance s’approche de près à ce qu’il se dégageait des prestations des légendes Mayhem lors de leur tournée De Mysteriis Dom Sathanas. On sent qu’il s’agit d’un hommage. Tous les instruments sont à l’avant de la scène y compris la batterie. Le chanteur quant à lui, se positionne en arrière d’un autel. Le rituel commence! Les compositions sont violentes à souhait et Panzerfaust joue par exemples les chansons The Apple of Infinte Knowlede, ou bien The LORD is a man of war. The LORS is His Name. Deux bijoux qui se retrouvent sur leur dernier album the divine anti-logos.

Pour une heure nous avons droit à une vraie cérémonie funèbre lourdement chargée, froide et machiavélique pour les amateurs du genre. Finalement, tout ceci clôt franchement bien ce festival.

Un grand merci à PandamMonium Promotions pour cette première édition de ce festival. Heureux que la capitale de ce mautadit Canada a pu avoir ce genre d’évènement. J’ose espérer qu’une deuxième édition se produise et que cette fois-ci nous aurons droit à des groupes de plus grand renom. Reste qu’en matière de black metal, j’éprouve sérieusement un faible pour nos artistes du Québec. Nous avons de quoi être fiers de notre patrimoine musical de l’extrême.

Hail!

Auteur: Francois Maltais

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009