Moonspell

30 mars 2015 – A Toulouse, les orga font très fort ce soir! Trois excellents plateaux « extrêmes » sont livrés simultanément : Moonspell/SepticFlesh au Metronum (SPM), Raised Fist/Black Knives/This Life à la Dynamo (Noiser/Pollux) ainsi que Hirax/Desecrator/Piraña/Past The Fall aux Pavillons Sauvages (Toulouse Crust). Terrible trilemme, mon cœur balance mais je dois faire un choix, j’irai donc au Metronum ce soir.

L’ouverture des portes est prévue à 19h30, les gens vont arriver doucement mais sûrement. La soirée va débuter à 20h en compagnie de SepticFlesh. Les grecs ont fait leur grand retour en juin 2014 avec la sortie du somptueux opus Titan. Ils nous offraient un avant goût live au Hellfest avec une prestation qui avait déjà remportée un franc succès. Leur death metal symphonique est désormais identifiable, depuis Communion le quatuor affirme son style, ce mélange de mélancolie et de fureur, de violence et de mélodie. Leur prestation en 2011 aux côtés d’Amon Amarth ne m’avait pas totalement conquise mais la qualité de leur dernière production m’a donné envie de les revoir et nombreux sont ceux qui ont fait le déplacement pour eux. Le décor est planté, backdrop et bannières aux couleurs « Titanesques », lumières sombres et atmosphère vaporeuse. Les membres de SepticFlesh débarquent et font résonner les premières notes de War In Heaven soutenus par les acclamations du public. Seth, vocaliste et bassiste, vêtu de sa fidèle armure, en impose par sa présence et sa voix death. A ses côtés se trouvent Chris à la guitare, Psychon au chant clair et à la guitare ainsi que Krimh (ex Decaptited)  à la batterie qui remplace Fotis depuis décembre. Les morceaux vont défiler à grande vitesse, Communion, Order Of Dracul, A Great Mass Of Death… Le frontman chauffe la salle « with me ! 1,2,3 » qui lui fait écho à grand coup de « hey, hey, hey! ». Attention, les Devil Horns sont de rigueur ! Pyramid God, Titan, Protoype et la puissante The Vampire from Nazareth. Les samples orchestraux donnent de l’ampleur au show et les musiciens sont carrés, délivrant des riffs lourds et mélodiques parfaitement contrôlés. Krimh assène des coupes de double pédale à s’en disloquer les gambettes et la voix du chanteur est irréprochable ! Cet ensemble opulent, vous prend aux tripes et malgré l’ambiance plutôt paisible, au premier, ça headbang  à vive allure. Le set va s’achever avec deux morceaux simplement divins : Anubis et Prometheus. Un final majestueux. SepticFlesh nous aura fait voguer au milieu des ténèbres avec leur son aussi sombre que mélodieux, un endroit où l’obscurité est synonyme de beauté.
Seth remercie ses fans qui applaudissement vivement et prendra le temps de présenter officiellement leur nouveau batteur.
Petite info pour ceux qui l’ignorent, Siro Anton excelle aussi dans l’art visuel et a créé de nombreuses pochettes d’albums, retrouvez son travail ici.

Il est temps d’opérer un changement de plateau, nous découvrons le sublime décor de Moonspell. C’est l’ineffable  cover du dernier opus Extinct, réalisée par Siro, qui domine en arrière-plan. Un crâne de buffle trône sur les grosses caisses de la batterie, le clavier est joliment orné de tubes cuivrés, ça en jette! Les portugais jouent régulièrement dans la ville rose, et leur métal gothique a fait des adeptes, encore présents ce soir. La pénombre s’installe, les projecteurs illuminent la scène et le quintet apparaît. Le set s’amorce avec Breath. La guitare de Ricardo retentit, Mike fait tinter son charley et la voix de Fernando résonne “breath in, breath out”. Pas de doute, Moonspell va encore m’embarquer. Extinct, Night Eternal, puis Opium, titre du chef d’oeuvre qu’est Irreligious, l’album révélateur pour moi. Sur scène on perçoit leur passion, ils ont une musicalité phénoménale, ça s’entend et ça se voit, comme si leurs instruments n’étaient que le prolongement de leur corps. D’abord Fernando, un charisme impressionnant et surtout une voix hors norme, chant clair, voix death, voix black… il fait tout ça avec une justesse incroyable et sa présence est à couper le souffle: tenue, gestuelle, regard, tout y est. Mike c’est le rythme incarné, ça groove, ça blast, sa frappe est franche et efficace. Aires fait vrombir sa basse tout en laissant aller son corps, il vit sa musique. Pedro et Ricardo sont plus discret mais leurs doigts glissent sur le clavier et la guitare avec aisance. Le public est calme mais semble néanmoins captivé (d’autres ne prendront même pas la peine de rester, c’est bien bête). Le show est somptueux, le son est lascif et le visuel (décor, lumières, fumigènes, jeu de scène) est parfait. AwakeThe Last Of Us, Funeral BloomVampiria, Alma Matter, que du très très bon! Les membres de Moonspell s’éclipsent, la foule les réclame et ils reviennent délivrant deux titres donc l’ultime Full Moon Madness. Pour la 5ème fois je suis séduite ! C’était un set d’une heure trente, varié à la fois doux, poignant, sombre et exécuté à la perfection. L’émotion et les frissons étaient au rendez-vous.

Merci SPM pour cette soirée en compagnie de deux groupes fabuleux, SepticFlesh et Moonspell. Saluons d’autant plus les portugais qui ont su rester pro en dépit du décès du Papa de Ricardo survenu le matin même. Des hommes et des artistes, des vrais! Un plaisir agrémenté par le lieu, le Metronum (son et lumière au top). Merci au public d’avoir été nombreux (et ce, dans les trois lieux).

Auteur: Fanny Dudognon

Photographe: Clément Costantino

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009