480482_10151184655899206_1065233694_n

Jeudi 5 Février 2015 – A bas les clichés, les métalleux savent écouter et découvrir d’autres univers et ce soir c’est dans le monde de Michaël Gregorio que je suis partie faire un tour. Ce petit monsieur possède un grand et rare talent : l’imitation. Ado, il s’amusait à imiter ses chanteurs et groupes préférés, en 2001 il participe à Graine de Star avant de se faire repérer par Laurent Ruquier en 2005. Aujourd’hui, il écume les salles françaises en compagnie de ses musiciens, et nous présente pour la seconde fois à Toulouse son 3ème spectacle : Michaël Gregorio en Concerts.

20h10, le Zénith de Toulouse affiche complet et l’artiste se fait attendre. Une vidéo d’introduction est projetée sur les écrans (1 grand central et 2 petits de part et d’autre de la scène), on y voit Michaël Gregorio qui répète Vanina de Dave puis, il entre en scène sur I Gotta Feeling des Black Eyed Peas. Les (faux) hologrammes du groupe projetés sur l’écran sont tous joués par Michaël lui-même et c’est quand le public s’en rend compte que les premiers rires se déclenchent. Les morceaux s’enchaînent, il se moque respectueusement de David Guetta reprenant La Môme, puis il interprète Jacques Brel. Un subtil mélange d’humour et d’émotion pour vous faire passer du rire aux frissons. Humoriste, imitateur, chanteur mais aussi interprète, l’artiste ne se contente pas de faire de simples imitations vocales de chanteurs et groupes connus. Non ! Il travaille sa voix, ses postures, ses mimiques et la mise en scène, il se met dans la peau de chacun de ses personnages : un vrai job de perfectionniste. Son interprétation de Shakira vs Francis Cabrel avec ses déhanchés nonchalants est poilante, “Shakira bien qui Shakira le dernier” ! Les spectateurs rient de bon cœur. Michaël nous fera de la variété française : Grand Corps MaladeMichel BergerBB Brune mais également du jazz. Il nous offre alors des sublimes reprises de Ray CharlesBillie Holiday ou encore Louis Armstrong accompagné de son pianiste. Et oui, il ne faut pas oublier que Mr Gregorio est entouré de musiciens et complices, talentueux capables eux aussi de jouer dans tous les styles : Nicolas Caumon à la guitare, le pianiste Etienne Guéreau ainsi que Silvio Marie et Franck Ridacker  respectivement à la basse et à la batterie. La « guitar battle » sur la sublime Parisienne Walkways de Gary Moore est terrible, Nico armé de sa Gibson, Michaël de sa voix : top ! Pendant un instant on s’évade et on apprécie simplement cette belle musique. Il reprendra aussi les grands standards du zouk en y mêlant ses imitations à la fois improbables et hilarantes de RaphaëlJulien DoréMylène Farmer : il a osé ! Mais c’est tellement drôle. Le public est ensuite convié pour une séance de karaoké (les paroles étant modifiées avec humour et finesse) MikaMickael Miro et la fameuse VaninO de Dave. Les Dave Punk nous feront l’honneur d’être sur scène : casques, platines et light on s’y croirait. Michaël Gregorio nous sert également des classiques rock et folk des années 70 en acoustique, porté par ses 4 musiciens : Simon & Garfunkel, les Beatles ainsi que les Rolling Stones. Ca chante dans le Zenith !

Il est déjà 21h15  l’intensité va encore monter d’un cran, Michaël devient alors Freddy Mercury durant Love Of My Life. Le voyant pour la seconde fois je remarque là qu’il a progressé et maîtrise beaucoup mieux sa voix sur ce titre hyper difficile ! Chapeau ! Après un peu de Johnny, de l’OpéRap et du Jay Z . Le roi de la pop apparaît à l’écran, l’imitateur assis sur son tabouret en parfaite réplique il nous réinterprète She’s Out Of My life. Certes la voix n’est pas impeccable, mais son jeu oui et l’émotion est au rendez-vous. Le set se termine dans une ambiance de stade (en tout cas les spectateurs font ce qu’ils peuvent) avec U2Depeche ModeMuse et enfin Phil Collins. Le petit bonhomme est impressionnant lorsqu’il nous balance Personal Jesus reproduisant la voix grave et l’attitude de Dave Gahan à la quasi perfection. Michaël Gregorio nous montre qu’il peut aussi assurer à la batterie, à la guitare et même au ukulélé. Doué quoi !
Le spectacle ne peut se terminer sans un rappel que le public réclame avec des cris et applaudissements chaleureux. Les artistes reviennent et c’est reparti pour quelques minutes de show. On se lâche sur du rock & roll avec Should I Stay or Should I Go des ClashMichaël se jette dans la foule pour un slam comme on dit chez nous les metalheads, punks et autres rockers! Bien sur il avait auparavant pris le temps d’expliquer le déroulement et demandé la participation de son public afin que tout se passe sans accident.

Bravo pour la performance, Michaël Gregorio possède un vrai talent et il est entouré de musiciens tout aussi bons : Nicolas, Etienne, Franck et Silvio. Un spectacle drôle, très bien mis en scène et d’une qualité sonore et visuelle excellente, je vous le conseille ! Du rire à la chair de poule, un show absolument divertissant à voir seul ou à partager.

Auteur: Fanny Dudognon

Crédit photo: Michaël Gregorio

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009