Last Train

Last Train

Vendredi 02 Juin 2017 – Depuis le temps que l’énorme communication autour de ce festival est apparue partout dans Toulouse, il nous tardait de voir ce que cette nouvelle édition allait nous offrir. Avec sa programmation plutôt rock et electro, on s’attendait à une grosse ambiance dans ce lieu désormais mythique. Voyons ce que ça a donné.

Arrivée prévue à 19h au Bikini, où les membres de l’organisation ont recentré le festival dans l’enceinte de la structure plutôt que de l’exporter comme ils le faisaient avant au port de Ramonville. Tandis que la salle est encore fermée, c’est le DJ set de Cathédrale qui tente de chauffer l’ambiance au dessus de la piscine. Mais clairement, les gens ne sont pas encore dans le bain, et le festival est encore quasi-vide. Jeux, cassage de croûtes et premières bières : il faudra encore attendre avant que ce devienne un événement musical. Attendre 20h précisément, et l’arrivée dans la scène du premier groupe de ce soir : Ryder the Eagle. Dans leur nouvelle composition (guitare/voix, basse, batterie et clavier), ils annoncent clairement la couleur de ce soir avec leur rock très américain. Avec le look qui va avec, on retrouve avec plaisir l’ancien batteur de Las Aves, Adrien Cassignol, et ses collègues pour un set énergique. Une bien belle manière d’entrer en matière, et pour le groupe de rappeler leur E.P sorti en janvier 2017 : S.A.W.M.H. A noter qu’ils rejoueront demain dans le cadre d’un événement parallèle au Weekend des Curiosités, puisqu’ils accompagneront Mangabey à la Cité de l’Espace pour animer Ciel en Fête.

Pas le temps de traîner, puisque les deux scènes se superposent toutes les 30 minutes. Direction la scène des Curiosités, où l’on s’aperçoit d’un problème majeur de ce soir : la pollution sonore. En effet, la scène des Curiosités et celle de Swimming Deer n’étant qu’à une dizaine de mètres l’une de l’autre, mieux vaut ne pas rester à mi-chemin entre les deux sous peine d’avoir affaire à un mélange assez indigeste. De même entre deux morceaux, où l’autre scène vient remplir les moments de silence. Dommage. Toujours est-il que nous attend un rock bien différent : celui du groupe Fuzzy Grass. Un projet de 4 musiciens pyrénéens ayant en tête de faire, comme le dit le batteur, un “gros rock qui tâche”. Pourtant l’intro nous semble différente, bien plus psychédélique que rock’n’roll. Mais entamé le deuxième morceau, on retrouve le rock très années 1970 porté notamment par un chanteur charismatique et à l’aise scéniquement. On y retrouve un petit côté “bluzzy” nous rappelant vaguement l’ambiance de Led Zeppelin, ou du moins de leurs chansons les plus hards. Une curieuse découverte donc, qui nous rappelle le véritable esprit de ce week-end.

Retour en intérieur après un passage devant le DJ set de la MVerte. Malheureusement pour eux, les deux autres scènes ont pour l’instant pris le dessus, et la présence sonore de l’autre scène rend l’écoute difficile. Les deux artistes présents sur la scène Swimming Deer n’y sont pas pour grand chose, et leur production a toute leur place ce soir. Mais trop de scène, trop de bruit aussi. Et un DJ qui semblait ennuyé, non-volontaire.

A l’intérieur ca bouge beaucoup plus et pour cause : c’est au tour d’un des groupes les plus décalés de la programmation. Essayez de croiser les paroles de Salut c’est cool avec le rythme déjanté de Little Big : c’est à peu près ce que le groupe FAIRE nous a présenté ce soir. Une musique complètement barje mais qui a su dynamiser le public un peu plus nombreux du Bikini. Faire remuer des têtes devait être la mission principale de leur production ; c’est chose faite sur tout le long de leur passage. Seul bémol : on aurait bien vu leur énergie un peu plus tard dans la soirée, avec pourquoi pas une inversion avec Last Train qui arriveront à 23h.  C’était peut-être un peu trop tôt, mais ca n’aura pas empêcher les gens de profiter des sons de Le Tamale, dernier album sorti en 2017.

21h30 : Tandis que l’espace commence à se remplir très doucement (beaucoup plus lentement que l’année précédente par exemple), c’est au tour de Cathédrale de prendre place sur la scène des Curiosités. Dans la foulée de cette programmation explosive, le groupe toulousain né sur les marches de la Cathédrale Saint Etienne paraissait tout à fait à leur place. Pourtant, il nous a semblé manquer quelque chose. La performance musicale était là, très bien calée, mais il manquait selon nous un peu d’énergie, un peu de pep’s. Peut-être aussi que les groupes précédents et suivants avaient mis la barre très haute, car on vous recommande tout de même la version studio de Cathédrale qui déménage vraiment. Mais entre Faire et Pogo Car Crash Control effectivement, il fallait envoyer du lourd pour se démarquer.

Pogo Car Crash Control justement, le groupe punk de ce week-end. Comme leur nom de groupe l’indique, c’est une musique sans concession qu’ils vont nous offrir ce soir. Et bien que le pogo mettra un peu de temps à prendre de l’ampleur, il finira tout de même par atteindre une taille raisonnable ; suffisamment raisonnable pour recevoir le guitariste qui s’accordera un petit solo en slam. Malgré l’âge des musicos, qui ont aux alentours de la vingtaine, l’énergie qu’on pouvait attendre d’eux est bien présente, les riffs toujours aussi indomptables : tout ce qu’on aime dans le punk. Sans véritable autre représentant cette année, le punk aura quand même fait irruption pour faire bouger le Bikini, qui n’est néanmoins toujours pas complet. C’est toujours bon de se rappeler ô combien deux guitares, une basse, une batterie et un chanteur peuvent faire du bruit !

Le Weekend des Curiosités était à une époque critiqué pour avoir transformé leur programmation en véritable source de grosses têtes d’affiches, comme Placebo il y a deux ans ou bien Kavinsky. Cette année, on reconnaît dans la programmation un “retour aux sources” avec une recherche de qualité indépendante de la popularité du groupe. Cela n’empêchera pas d’avoir de superbes têtes d’affiches, comme le groupe qui suit : Last Train. Ils ne nous ont pas déçus. On ne présente plus le groupe de rock en plein boom ces dernières années, avec plus de 200 dates en 2 ans. Vis-à-vis des fois précédentes, nous les avons trouvés un poil plus calmes scéniquement parlant, avec moins de mouvements. Mais cela est tout à fait cohérent au vu de l’album qu’ils viennent de sortir, Weathering, plus cool lui aussi que ce qu’ils avaient l’habitude de nous proposer auparavant. Toujours est-il que, musicalement, c’est toujours aussi impeccable. La voix de Jean-Noël est qui plus est toujours un régal à entendre, parfaitement en adéquation avec la musique du groupe. Rien à dire sinon que les blousons noirs ont encore frappé à Toulouse après leur première partie de Placebo au Zénith il y a deux mois. Et c’était un régal, au vu de la salle du Bikini qui a fini par se remplir.

Enfin, Weval viendra ouvrir la partie electro de la soirée, précédant chronologiquement NSDOS Institution live, Helena Hauff et Longway Records Live. Avec sa production assez sombre, très ambiancée, très aérienne aussi ; on reconnaît la logique de la programmation, dans une lignée plutôt hard ce soir. En attendant la seconde soirée, qui s’annonce plus soft, on peut pour l’instant dire que cette soirée est de bonne augure : le Week-end des Curiosités a fait appel à des curiosités afin de renouer avec le projet initial de ce festival. Malgré tout, le Bikini n’était pas plein ce soir ; nous verrons demain si les deux têtes d’affiche restantes (Romeo Elvis et François & the Atlas Mountain) attireront plus de monde.

Photos : Antony Chardon

Auteur : David Vacher

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009