Joyce Jonathan

Joyce Jonathan – © Regis Lepage

Samedi 19 novembre 2016 –  Ce soir, c’est un public très varié qui s’est donné rendez-vous au Bascala pour applaudir Joyce Jonathan. Des jeunes, des moins jeunes, des enfants… les textes et mélodies de la jeune artiste touchent un large public et cela se voit lors de ses concerts.

Il est 21h pétantes lorsque Joyce fait son entrée sur scène. Seule, uniquement accompagnée de sa guitare en bandoulière, elle ouvre le bal avec Ma musique, titre extrait de son tout premier album sorti il y a 7 ans déjà. A la fin du premier morceau, elle est rejointe sur scène par ses musiciens : une violoncelliste, 2 guitaristes et un batteur. Petit comité pour un concert qui s’annonce intimiste à ma plus grande joie. Pendant près d’1h30, elle va nous offrir le florilège de ses chansons extraites de ses 3 albums, s’accompagnant tantôt à la guitare, tantôt au piano. De Pas besoin de toi, son premier succès à Le bonheur, le dernier en date, sans oublier les incontournables Je ne sais pas, Ca ira, Sur mes gardes ou encore le très beau duo avec Vianney (mais sans lui malheureusement) Les filles d’aujourd’hui. Le public est assez timide et la jeune chanteuse se donne tout de même un mal fou pour réchauffer un peu cette atmosphère. Mais comme on dit, la persévérance finit toujours par payer et c’est devant un public debout et enthousiaste que le concert se terminera.

Alors oui, c’est vrai, les textes et les mélodies de ses chansons ont tendance à se ressembler il faut bien l’avouer…. l’amour, l’amour, et encore l’amour… mais ce soir j’ai découvert une artiste qui chante juste, une artiste proche de son public, une artiste loin de l’image que je m’en faisais réellement. Bref, une jolie surprise !

Auteure : Elodie Gallenstein

Crédit photo : Regis Lepage

 

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009