J'exige...! Anjunadeep

Sans vouloir débatte d’un enjeu de la gravité de celui soulevé par Zola, j’insisterais quand même sur la nécessité de retenir les services des DJs représentant un des labels de musique électronique les plus en vue du moment, Anjunadeep. Label de deep house lancé par Above & Beyond et James Grant (frère de Jono, membre du trio susmentionné), leurs podcasts fascinent, et leurs spectacles captivent. Soyons brefs et nommons trois raisons pourquoi le Piknic Electronik devrait leur consacrer un dimanche.

#1: la tournée nord-américaine d’Anjunadeep était sold-out dans presque toutes leurs sept soirées.

Et ça inclut le spectacle à Toronto, le 7 février dernier. Sachant que le Mod Club où l’événement s’est tenu peut contenir plus de 600 fêtards, ce n’est pas un mince accomplissement. Contrairement aux idées reçues, la fête ne s’est pas arrêtée à 2h du matin, loin de là. Martin Roth, le DJ responsable du closing set, allait conclure la nuit à 4h. De surcroît, la stéréotypée froideur des Torontois a laissée sa place à une atmosphère joyeuse. J’aime bien croire que la musique jouée y est pour quelque chose…

#2: leurs diverses compilations, leurs podcasts hebdomadaires et leur compte Soundcloud.

Voilà des sources inépuisables de house de qualité. L‘Anjunadeep Edition est en rendez-vous house dont on a hâte semaine après semaine: différents artistes prennent la relève au fil des émissions. Celles-ci sont accessibles en tout temps sur Soundcloud. En attendant le mix à 2 CDs Anjunadeep 07 qui devrait sortir cet été, je me contente parfaitement d’écouter en boucle les parutions précédentes lors de mes multiples covoiturages entre Montréal et Québec. Du très bon stock!

#3: Jody Wisternoff.

Je l’ai dit sur Twitter, et je le répèterais ici: Jody Wisternoff est le DJ qui sauvera le house et le trance. Sa performance au spectacle de Toronto était inoubliable: rarissimes sont les DJs qui puissent enfiler deep house, tech-house et trance en l’espace de deux heures. Et que dire de “Starstrings“, joyau de son propre cru qu’il a inséré dans son set: une pure merveille musicale, magnifiquement caractérisée par une douce mélodie de piano, une voix mémorable et une trame de bass entraînante. Ultra charismatique, le DJ et producteur britannique s’est mêlé à la foule, discutant et se laissant prendre en photo avec les fêtards. J’ai moi-même eu le bonheur d’échanger quelques mots avec lui: de file en aiguille, Mister Wisternoff m’a confié avoir bien aimé Montréal, et qu’il n’hésiterait pas à y retourner si l’occasion se présente à lui. CLIN D’OEIL COUP DE COUDE !

Message aux organisateurs du Piknic : avez-vous d’autres questions quant à la pertinence de ce collectif deep house hors du commun ? N’hésitez pas à entrez en communication avec moi: on ira prendre une bière ensemble et je vous ferais part de mes découvertes musicales. Vous risquez fortement de les apprécier aussi.

Auteur: Mathieu Bonin

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009