DSC_5350

6 mai 2015 – C’est après une journée de travail bien remplie et mon entrainement de boxe (oui cet article sera plus proche d’un journal intime que d’une chronique musicale, vous vous y ferez) que je m’en allais avec hâte au show de Jessie J au Métropolis. Surpris que le show ne se tienne pas au centre Bell c’est tout fier de ma nouvelle virilité acquise dans la sueur d’une salle de boxe que je débarque une salle pleine à craquer !

La moyenne d’âge dans la fosse est peut être de 16 ans mais le public dans les balcons était un peu plus âgé, surtout composé de jolies jeunes demoiselles. Pour une fois je ne vais me plaindre, il n’y avait pas de file pour la toilette des gars. J’ai pu y croiser deux trois âmes perdues comme la mienne, on se regarde de loin, avec du respect et une pointe de compassion. On se dit que tous ces (pauvres ?) gars, sont pour la plupart en train d’accompagner leurs blondes respectives au lieu de regarder la game du canadien devant une bonne bière … Je me demande d’ailleurs si je ne devrais pas leur proposer d’aller streamer la game au bar en attendant que les miss aient finies.

Presque 21h la tension est à son comble et la salle est déjà survoltée. Le canadien tant qu’a lui perd 1-0 en seconde période. À ce moment j’ai encore de l’espoir, la dernière fois où l’on a vu le Canadien ouvrir la marque … je ne vous rappelle pas le score (6-2 pour les deux du fond qui ne suivent pas).

Revenons à nos moutons, Jessie J à la base, c’est une compositrice d’un grand talent : Rihanna, Miley Cirrus, Alicia Keys, toutes ces pointures là ont des tubes écrits par l’artiste de ce soir. Si je lui pardonne de faire partie des juges de l’émission The Voice, je trouve triste qu’une fille autant de talent doive s’associer avec Arianna Grande et Nicki Minaj pour sortir son plus gros hit Bang Bang

Ne connaissant que peu l’artiste c’est avec appréhension que je la vois monter sur scène, commençant son show toute en puissance vocale, seulement éclairée par un spot en contrejour. Très théâtrale, mais pas très original, comme le reste de son spectacle, cela me rappelle l’entrée en scène du dernier spectacle d’Alicia Keys.

Le concert commence donc avec quelques problème de son pour la chanteuse qui seront très vite réglés et c’est alors que l’on se rend compte que tubes après tube, Jessie J est vraiment douée. Premièrement, ses talents de vocalistes sont du premier ordre, et l’énergie qu’elle dégage sur scène est digne des plus grands showmen du top 40. On sent vraiment qu’elle s’amuse, provoque, joue avec le public, mais ne tombe pas dans le vulgaire (Iggy, prend en de la graine) . Pendant que le public reprend en chœur ses plus grands titres tel que Bang Bang, Do it Like a Dude, Price Tag ou encore Nobody’s Perfect, le canadien entame la fin de game avec un retard de 2-1. Je regarde mon voisin qui d’un regard me confirme le score.

Mes doutes se sont totalement dissipée, la soirée s’annonce chaude avec Jessie J, et je suis maintenant sur que les séries sont bientôt finies pour le Canadien !

Auteur Julien Kauffmann

Photographe : Paul Blondé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009