Vous ai-je déjà partagé mon enthousiasme pour le métal dissonant? Si vous n’avez pas de souvenir récent de cela je vous invite à considérer les critiques de Dodecahedron, d’Artificial Brain et d’Afterbirth. Après une disette estivale, je vous reviens avec un album à rattraper et qui en vaut toutes les minutes passées en sa présence. Vision Wallows In Symphonies Of Light de Ingurgitating Oblivion (vous pensiez que Nile possédait les titres les plus longs jamais vus!) est un album qui égale toute la prétention que sa pochette peut lui conférer. C’est-à-dire, un véritable ouvre d’art alliant Death Metal dissonant, guitares jazzées, passages de piano introspectifs et des durées de pièces impossibles.

Comprenant quatre pièces de plus de sept minutes dont la plus longue de près de vingt-trois, il est facile de dire que c’est un album qui est immersif et qui demande un certain état d’esprit à son auditeur. Des moments de calmes ponctuent les passages chaotiques et dissonants du Death Metal qu’Ingurgitating Oblivion a su perfectionner pour ce troisième opus. Rares sont les moments qui ne semblent pas calculés avec précision et autant dans la retenue que dans les explosions métal les effets évoquent un passage au travers des quatre pièces de manière à ce que les cinquante-deux minutes passent et que l’on en redemande aussitôt.

Les fans de Deathspell Omega et Gorguts seront charmés sur le champ, j’en conviens. L’ajout à la batterie de Lille Gruber de Defeated Sanity se voulait la pièce manquante à ce trio. Ce dernier apporte une touche jazz à leur Death Metal dissonant et une sonorité plus organique à leurs compositions.

L’insertion de longs passages de piano est assez non-orthodoxe dans le Death Metal et son effet est positivement étonnant dans la pièce titre de l’album. À certains égards, on pourrait se croire dans un album de métal progressif. C’est un dépaysement des horizons habituels du métal et me rappelle des moments lyriques du rock progressif et du post-rock qui sont des mouvements qui osent s’aventurer dans toutes sortes de textures et toutes sortes d’effets musicaux.

Vision Wallows In Symphonies Of Light est un album qui regorge d’audace et qui écarte la prétention souvent associée à cette dernière en livrant un prétendant à l’album de l’année 2017. Comme avec Kwintessens de Dodecahedron, Ingurgitating Oblivion nous livre une œuvre qui dépasse les étiquettes de genres musicaux et qui nous ramène à se recentrer et réévaluer nos standards. Face à une œuvre comme celle-ci, ce texte semble faible pour illustrer tous les éléments que l’on aimerait décrire en mots mais qui ne sont palpables que par la substance dont il est composé.

Note: 9.5 / 10
Format critiqué: 320 kbps mp3
Étiquette: Willowtip
Sites Web: Facebook | Bandcamp
Date de parution: 21 avril 2017

Auteur : Michaël Parent

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009