HollySiz

30 octobre 2014 – Ce soir je me rends au Bikini pour une soirée 95% girls et 100% frenchy avec une affiche composée de The Buns et d’Hollysiz. Un concert qui a rameuté du monde, c’est une longue file d’attente qui se profile devant la salle dès 19h30.

C’est vers 20h30 que deux jolies jeunes filles montent sur scène. La brune, Molly Jin qui chante accompagnée de sa guitare électrique et la blonde June Cooper, qui assure batterie et chant. The Buns (les chignons), ce sont deux voix, deux instruments et un look rétro des 50’s. Côté musique c’est du rock’n’roll inspiré des 50’s,60’s et 70’s modernisé, rythmé, entraînant, simple mais efficace. Elles joueront des titres comme One more Shot, The True Story of Molly Jin & June Cooper abordant le sujet de la femme dans les années 50 et son émancipation. Elles feront participer le public qui devra balancer les bras et claquer des doigts avec elles sur un nouveau morceau : I Want. Une première partie très sympathique, Julie et Emilie ont du talent, de belles voix et le rythme dans la peau ! Les spectateurs semblent aussi avoir apprécié cette mise en bouche.

Le changement de plateau prendra un certain moment avant l’arrivée d’Hollysiz. Le groupe est jeune, formé en 2010 avec Cécile Cassel à sa tête. La jeune femme, également actrice, décide de se consacrer pleinement à la musique et donnera naissance à un premier l’album intitulé My Name Is sorti en 2013  et mixé à Londres par Dave Bascombe (Depeche Mode, The Verve, Tears For Fears...). Une réalisation qui se veut l’aboutissement de toute une vie avec des titres évocateurs, dont elle est l’auteur compositeur, avec des sonorités pop, rock et électro.
C’est maintenant l’heure de découvrir l’artiste sur scène, 21h30, extinction des feux, le show commence. Cécile fait son entrée sur The Light, accoutrée de son fidèle mini short rouge à la mode des années 80 et de ses petites chaussures vernies à la Fred Astaire . La belle blonde est chaleureusement accueilli par les applaudissements et cris des spectateurs, elle nous confie être étonnée de voir tant de monde et nous fait part de sa gratitude. Après un premier morceau plutôt électro/new wave, c’est une ambiance plus rock’n’roll qui s’installe avec Sponge Friend et Ok. La chanteuse nous briefe avant chaque chansons pour que l’on connaisse  son histoire, pour que l’on découvre SON monde. Elle nous confiera avec émotion que son prénom lui a été donné en référence à la fille de Claude Nougaro, de cette façon, elle déclare son attachement à la ville rose. Puis, place à la danse, à la sensualité et à la sexy-attitude avec Tricky Game, un véritable jeu de scène  mis en valeur par un accord parfait des lumières. Ce petit brin de femme est vraiment époustouflant, c’est une pile électrique dotée d’une superbe voix. Dans la salle les gens chantent, dansent, applaudissent, il se passe réellement quelque chose entre le public et l’artiste. Un show hyper varié, agrémenté par les petites anecdotes : A Shot, composé avec ses copines Les Brigitte serait dans ses rêves les plus fous le générique d’un James Bond réalisé par Quentin Tarantino. Cette chanson met sa voix suave en valeur et, pendant un instant on s’évade dans l’univers de Tarantino dont elle semble sortir avec sa tignasse blonde, sa sensualité et la dominante rouge qui l’entoure. Elle interprétera deux reprises : I’m On Fire  de Bruce Springsteen et Smalltown Boy des Bronski Beat, très bons choix, efficaces en live. Sous les projecteurs, la belle fait son show avec ses pas de danse endiablés et son bagou naturel. La présence des musiciens, chacun avec son propre style est un très bon point pour le spectacle, on sent une belle alchimie dans le groupe, une énergie communicative. On retrouve parmi eux Molly Jin, cette fois au clavier. La set-list sera composée d’autres titres comme Mrs Selfish, The Fall, Hangover et la fameuse Come Back To Me. Cette dernière sera jouée deux fois et dont une pour clôturer la soirée. Armée de sa Go Pro, Cécile se met au milieu du public et lui demande de s’accroupir et de chanter. Lorsqu’elle remonte sur scène, les gens se lèvent et se lâchent une dernière fois avec elle, on se croirait presque dans une boîte de nuit des 80’s. Pour résumer, Hollysiz c’est un show de qualité, avec une musique travaillée aux influences variées (pop, rock, new wave, electro, blues…): une artiste complète. Ce concert était un savoureux mélange d’énergie positive, de sensualité, de douceur, de spontanéité et de partage, que demander de plus ? Si comme moi vous n’êtes pas forcément fan de ce style, sachez qu’en live c’est vraiment extra.

Merci au Bikini et à tous les artistes présents pour ce moment d’intensité et d’émotion.

Crédit Photo: Jérôme Jacques

Auteur: Fanny Dudognon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009