Ça risquait d’être assez grim au Piranha Bar en ce samedi soir! En effet, le groupe montréalais Hollow nous offrait un spectacle en headline pour nous présenter de nouvelles chansons ainsi que de vieux classiques. Pour assurer une ambiance ténébreuse, les groupes Morgue, Göorgée et Arkos étaient aussi de la partie. Fait intéressant : Presque tous les groupes présents ce soir ont des compositions en français, ce qui est un énorme plus pour moi!

Arkos : un black metal thrashy et efficace!

Avant ce soir, je n’avais jamais entendu parler du jeune groupe sherbrookois Arkos. C’est donc vers 20h30 que les musiciens se sont présentés sur scène avec comme seul éclairage des lumières rouges accrochés aux pieds de leurs micros. Ça avait l’air un peu cliché et j’avais surtout un peu peur que ça soit comme tous les bands de black metal qui essaient trop d’être grim mais qu’au final sonnent comme casserole. Je suis content de vous dire que je me suis trompé! Malgré le son un peu brouillon, j’ai vraiment apprécié leur mélange de black et de thrash et pour un groupe aussi jeune, la présence scénique des musiciens étaient vraiment efficace. Le chanteur Mathieu Beauchamp (aka Mammoth) est un bon frontman, dégage une bonne énergie et n’est heureusement pas tombé dans les clichés du chanteur de black metal trop misanthrope pour encourager des réactions de la part de la foule. Le seul point négatif que je pourrais leur trouver est que la structure de leurs compositions est parfois trop erratiques et un peu trop longue, mais dans ce cas-ci, rien qui ne peut pas être ajusté. Une belle découverte!

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Göorgée : La gorgée, j’me suis étouffé avec

J’avais déjà vu le groupe de St-Jérôme Göorgée en première partie de Havok en février et j’avais pas été impressionné outre mesure. Un thrash metal teinté de black metal avec des thématiques de beuveries, on en a déjà vu un char pis une barge. Ça s’écoute pas pire en spectacle, mais j’en écouterais pas chez moi. Mais leur prestation de samedi soir en est une dont je vais me rappeler…et c’est pas positif. Dès les premières notes, je me suis dis que le son n’était pas génial, mais l’interprétation non plus. On va se le dire, c’était pas tight, mais pas du tout. Je ne sais pas si le groupe avait pris un verre de trop avant de jouer, mais si c’est bien le cas, ce n’est pas à refaire. J’ai déjà tapé sur le clou du manque d’originalité, mais quand t’as une chanson qui s’appelle Lucifer et qui sonne comme un rip off de Raining Blood, c’est vraiment ordinaire…même si c’est voulu! Les chansons se sont enchaînées et se ressemblaient toutes un peu trop. L’énergie du côté des musiciens étaient bonne, il faudrait juste que la qualité de compositions et d’interprétation suivent aussi.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Morgue : un death/black efficace mais un peu trop conventionnel

 

Le groupe de death/black metal de Québec Morgue est le groupe vétéran de la soirée. Avec trois albums dont leur dernier Vers La Potence sorti l’été passé, ça risquait d’être assez solide! Malheureusement pour eux, le son n’était pas génial et ça ne s’est jamais vraiment réglé. Certaines guitares étaient presque inaudibles à certains moments et le drum ne produisait rien d’autre qu’un bruit sourd. Ils nous ont interprété beaucoup de chansons de leur dernier album comme Amok, God Abort et L’Aube Noire mais aussi de plus vieilles chansons comme La Forêt Des Empalés tirée de leur premier album Flames And Blood. Musicalement, Morgue me fait beaucoup penser à Marduk : une musique rapide, grim avec un drum dans le tapis. Je vois le talent des musiciens, mais à mon goût à moi, ça manque un peu de variété et le chant de Goliatt est un peu monochorde. C’est sûrement en raison de la mauvaise qualité du son, mais j’ai eu l’impression que les chansons se ressemblaient toutes, ce qui est dommage. En résumé, ils ont offert une bonne prestation et peut-être que j’apprécierai plus leur musique dans de meilleures conditions techniques.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Hollow : Mélodies d’outre-tombe

J’ai déjà vu le groupe Hollow mainte et mainte fois, autant en première partie de groupe internationaux qu’en tête d’affiche. La dernière fois c’était en première partie du groupe finlandais Amorphis et ils n’avaient malheureusement pas bénéficié des meilleures conditions dont l’absence de leur bassiste Eddy Levistky (aka Snow), ce qui m’avait un peu laissé sur ma faim. Ils étaient donc de retour samedi soir avec un line-up complet, prêts à nous en mettre plein la face. Mais encore une fois, la mauvaise qualité du son a vraiment miné leur prestation, ce qui n’a pas eu l’air de déranger les irréductibles qui s’était amassés en face de la scène. La foule s’était considérablement réduite pour Hollow, ce qui est un peu dommage mais l’enthousiasme des gens présents a pu nous faire oublier ce détail. Nous avons eu droit à de nouvelles chansons comme Gone et Heavy Lies The Head That Wears The Crown ainsi que des chansons qui n’avaient pas été jouées depuis très longtemps comme Iscariot, qui est une de mes préférées de leur album Mordrake. Les musiciens étaient énergiques comme à leur habitude et la qualité d’interprétation était sans faille. C’est donc après environ une heure de prestation que Hollow a quitté la scène sous les applaudissements d’un public satisfait.

Setlist : Sunriser, Cryptik Howling, Wolves See The Future, Ravens, The Past, Iscariot, Heavy Lies The head That Wears The Crown, Gone, Lament Configuration, Mordrake : Birth, Mordrake : Hate, Mordrake : Death, A New Life

Auteur: Maxime Pagé

Credit photo: Thomas Mazerolles

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009