GoldLink, Masego, le duo April + Vista et deux DJ se sont partagés la scène de l’Astral, le 14 octobre dernier.

Symbiose artistique

April + Vista, jeune duo indie du DMV (Washington DC, le Maryland et la Virginie), ont bercé la foule attentive avec leurs sons célestes.

L’habile voix de April Jones, chanteuse, pianiste et violoniste, et le talent de Matt Vista, bassiste et ingénieur de son et producteur, transportaient les 620 spectateurs du concert à guichet fermé. Les deux complices présentaient, notamment, leurs chansons Voices, Touch et Daggers tirées de leur EP Note To Self.

À travers les thèmes de l’amour et sa peine, la frustration et la rétrospection, April + Vista offrent une vulnérabilité inspirante. «Je me sens hyper exposée, mais je le fait pour encourager l’introspection», confie April Jones. Leur mélange de musique classique, R&B et de Soul est, pour plusieurs, une plaisante découverte.

Sasha, le saxophone

Masego a hypnotisé et séduit filles et garçons. Son Jazz Trap est d’un grand succès. Chanteur et saxophoniste à 24 ans, il s’inspire du Hip-Hop, du Jazz, de la Pop, du R&B et du Rock.

Il a mis le feu sur scène avec ses pas de danse manifestement inspirés du roi de la Pop, Michael Jackson. Masego, vêtu d’une veste en cuir rouge digne du vidéo clip de Thriller, lui a rendu hommage lors de son interprétation de Dirty Diana.

Avec la participation de la foule, le sex-symbol autoproclamé a fait l’étalage de ses succès : Girls That Dance, Navajo, Send Yo’ Rita!, Tadow et You Gon’ Learn Some Jazz Today, pour ne nommer que ceux-là.

L’artiste a revisité son catalogue passant de son EP Pink Polo, en collaboration avec Medasin, à son EP Loose Thoughts. Masego n’a, d’ailleurs, pas manqué de faire la cour aux dames avec sa chanson Wifeable.

Avec plus de 93 000 abonnés sur Soundcloud, il continue de démocratiser le saxophone (le sien s’appelle Sasha) en adaptant son son à l’ère du temps.

La cerise sur le gâteau

GoldLink a invité dans son monde un public qui le suivait du bout des lèvres. Par son rythme unique et son énergie réservée, mais communicative, la tête d’affiche a, entre autres, présenté Dark Skin Women, Herside Story, reprise de la chanson originale du groupe Hare Squead, Late Night en collaboration avec Masego, Rough Soul en collaboration avec April Jones et Some Girl en collaboration avec Steve Lacy.

L’artiste s’est mérité trois mains d’applaudissements consécutives après son single Crew en collaboration avec Brent Faiyaz et Shy Glizzy, certifié disque de platine, le 13 octobre dernier. S’excusant de l’absence de KAYTRANADA, il s’est mêlé à la foule dans un mosh pit typiquement montréalais, à la demande d’un membre du public.

Ce concert intimiste fait bien des jaloux et marquent des esprits plus que satisfaits. La tournée At What Cost se termine le 12 décembre à Londres, en Grande-Bretagne.

Auteur & Photographe: Myriam Eddahia

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009