GerardWay_TheatreCorona_009

22 Mai 2015 – Ce 22 mai, au théâtre Corona, une légende du rock alternatif rendait visite à ses fans. Gerard Way, le chanteur du récemment dissous groupe My Chemical Romance, roule sa bosse en solo depuis maintenant deux ans et, de ce que j’ai pu voir, ça lui réussit très bien.

Le show a commencé à 20h avec le groupe Nuns qui nous faisait découvrir sa musique, sans trop d’éclat ni d’énergie. À vrai dire, je suis peiné de vous dire que Nuns est un mélange de Simple Plan et de My Chemical Romance, mais sans l’étincelle qui fait la différence entre un show et un excellent show. Un peu déçu de cette première partie, mais pas alarmé, vu que je savais que la suite des choses allait compenser largement.

Gerard Way est arrivé sur scène avec son éternel veston et sa cravate rouge, faisant preuve d’une nonchalance qui, étonnamment, semblait plus puissante que s’il était arrivé en bondissant partout. Sa voix, toujours aussi unique, n’aurait presque pas eu besoin de micro, si ce n’eût été de la masse de fans déchaînés, que dis-je, déchaînée (parce que c’était principalement des jeunes filles) qui se pressait devant la scène. Gerard a interagi un peu avec elles, serrant quelques mains, blaguant avec l’une d’entre elles, pui s il nous a servi une généreuse portion de sa musique fantastique pendant que le public se déchaînait comme j’ai rarement vu. Fait intéressant : une vingtaine de jeunes filles ont campé devant le théâtre Corona pour être certaines d’avoir des billets. À croire que côté popularité, Gerard Way est le Justin Bieber du rock alternatif.

Et il y a de quoi lui vouer un culte, je dois l’avouer. Véritable bête de scène, il dégage une énergie incomparable, jouant du tambourin en chantant, sortant une poupée de soixante centimètres identique à lui et la faisant chanter, alternant entre chansons tirant sur le punk rock et ballades rock à la Bon Jovi… En tant que fan du regretté groupe My Chemical Romance, j’ai le cœur gros en voyant Gerard seul sur scène, mais ne revenons pas sur le passé : il est quelque chose en solo.

Ma note pour cette soirée? Un beau 7,5/10. Ma note pour la partie de Gerard Way ? Alors là, ça monte à 8,4/10, sans aucune hésitation. Une soirée qui a commencé timidement s’est terminée de façon flamboyante, grâce à la fougue de Gerard.

Si je vous ai donné envie d’en savoir plus sur Gerard Way, allez voir son site internet, et pour le groupe Nuns, voici également le lien pour leur site internet.

Auteur : Sebastian Pizarro-Cionti

Photographe : Laura Boivert

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009