25 Novembre 2014 – Ce soir au Bikini, c’est la jolie Emilie Simon qui est attendue par un peu plus de 700 personnes. Le public est assez varié, les gens sont venu en couple pour certains, voire en famille pour d’autres.

La soirée débute avec le groupe local International Hyper Rythmique. Un nom assez long, il faut le dire mais en cohérence avec leur pop atmosphérique. Le groupe est composé des 3 frères et sœurs Martial-GuilhemJean (guitare/basse/clavier), Laurence (basse/chant) et Claire (clavier/percu) et de Stéphane Ziegler le 2e guitariste. Leur pop rythmée par la basse, la boite à rythme et les percussions a démarré la soirée gentiment avant l’arrivée d’Emilie Simon. Pour les plus curieux, vous pouvez aller écouter leur album Below Sea Level sur leur site.

International Hyper Rythmique

Petit à petit, pendant l’entracte, les techniciens mettent en place la scène. On peut y découvrir un décors plutôt sobre et assez rétro années 50 avec un rideau de fil blanc en arrière plan et un fond de scène composé de paravents et de gros éclairages. Tout ça va parfaitement avec la couverture de son dernier album Mue.
C’est à 21h30 qu’Emilie Simon entre sur scène avec Perdue Dans Tes Bras, vêtue d’une magnifique robe de soirée couverte de strass dorée et laissant apparaître son tatouage dans le dos. La lumière chaude sur ce morceau permet de mettre en valeur le décors et accentue le coté rétro allant parfaitement avec la musique.

Elle prend le temps, entre quelques chansons, de discuter avec le public pour prendre la température et le fera même chanter sur Fleur De Saison. Le set est plutôt calme sur les premières chansons puis se débride sur des morceaux plus électro par la suite. Il y a vraiment un gros effort d’adaptation au niveau de l’éclairage. Chaque chanson a la lumière qui lui est propre, changeant ainsi l’ambiance. Sur les musiques plutôt variété ils favorisent les lumières chaudes, pour The Eye Of The Moon, lorsqu’elle parle du soleil, il y a un spot chaud qui ensuite deviendra froid une fois qu’elle évoque la lune. Sur les musiques plus electro, on a un éclairage plus coloré comme sur RainbowDreamland ou Menteur où elle nous gratifie de quelques pas de danse.

Elle nous fait part de sa participation pour le film La délicatesse pour lequel elle a écrit I Call It Love. Sa reprise d’Iggy Pop, I Wanna Be Your Dog commence timidement en acoustique pour ensuite s’emballer avec le reste du groupe sur un rythme electro. Elle fini d’ailleurs son set sur cette chanson avant d’être rappelée. Sur son premier rappel, elle dédit Flowers à son frère venu la voir sur scène. Elle reprend ensuite le titre connu de Chris IsaakWicked Game sous un éclairage bleu s’accordant à la musique.
Le set aura duré à peu près 1h30. J’ai trouvé le public plutôt timide et c’est dommage car certains morceaux étaient bien rythmés et auraient mérité un peu plus de vigueur dans la fosse. J’ai passé une belle soirée avec une charmante artiste qui m’a surpris par son mélange de style et son univers.

Emilie Simon

Auteur et Photographe : Jérôme JACQUES.

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009