Il me prend parfois à penser que la scène power metal était sur le bord de l’extinction mais il y a toujours des spectacles qui me prouvent le contraire. Le groupe britannique DragonForce, réputé pour son côté un peu cheesy mais surtout pour la vitesse fulgurante de ses compositions, était de passage au Théâtre Corona dimanche soir et à voir la longue file de gens qui s’est entassés devant la salle, ça risque d’être une soirée réussie! Dans le cadre de cette tournée, ils étaient accompagnés du groupe américain Once Human.

Once Human : générique et pas très mémorable

Once Human, groupe de Logan Mader, ancien guitariste de Machine Head et de Soulfly, avait la lourde tâche de réchauffer la foule avec un melodic death metal qui allait sûrement faire friser les oreilles des trippeux de power metal. Ils oeuvrent dans un melodic death/groove metal assez conventionnel…et même un peu trop conventionnel. J’ai trouvé leurs chansons beaucoup trop générique pour être mémorables et sonnaient parfois comme un rip-off maladroit du vieux Arch Enemy. Malgré tout, les membres du groupe étaient très énergiques et très communicatifs avec la foule. La chanteuse Laurent Hart est une très bonne frontwoman, très à l’aise sur scène et son vocal, que certains pourrait trouver un peu monocorde, est tout de même efficace. On a eu droit à un petit featuring sur une de leurs chansons alors que Frédéric Leclercq, bassiste de DragonForce, y a fourni sa voix. Entre eux, les musiciens ont affiché une belle complicité et avait franchement l’air de s’amuser sur scène et c’est dommage que le seul point négatif soit le manque d’originalité de leur musique.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

DragonForce : ou plutôt DragonFun

C’était la première fois que je voyais le groupe en spectacle et j’avais quelques appréhensions quant à la justesse d’exécution de leurs chansons qui vont toujours à 100 miles à l’heures et leur chanteur Mark Hudson ne m’avait pas vraiment impressionné sur les derniers albums. C’est avec Ashes Of The Dawn tirée du nouvel album Reaching Into Infinity que les hostilités ont été lancées et tous les doutes que j’avais se sont envolés. Mark Hudson était pleinement en possession de ses moyens autant avec les nouvelles chansons que les anciennes et l’interprétation musicale était sans faille. On a pu également remarquer l’absence de leur claviériste Vadim Pruzhanov et aucune explication n’a été donnée concernant ce dernier, ce qui est un peu dommage. On pourrait reprocher à DragonForce de toujours composer le même genre de chansons, mais en live, c’est vraiment du gros fun noir! Un excellent mélange de métal, d’humour et d’anecdotes qui rendent le tout vraiment agréable. Où ils ont vraiment touché une corde sensible chez moi, c’est quand, lors de leur improvisation en milieu de spectacle, ils ont interprété un medley des Ken’ Theme dans Street Fighter 2, de Super Mario Bros 2 et de Sonic (on est geek ou on l’est pas!). C’était aussi très drôle de voir les moins de 20 ans se demander ce que c’était. Un peu avant la fin du spectacle, on a eu droit à une surprise : l’ajout de la chanson Three Hammers à la setlist, ce qui n’était pas prévu du tout. C’est finalement sur la chanson Through The Fire And The Flames, qui était attendue de pied ferme, que le spectacle s’est terminé. On pourra dire ce qu’on voudra de DragonForce, mais moi, en ce dimanche soir, je suis sorti du Théâtre Corona avec le sourire aux lèvres.

Setlist: Ashes Of The Dawn, Operation Ground & Pound, Judgement Day, Seasons, Curse Of Darkness, Fury Of The Storm, Heart Of A Dragon, The Edge Of The World, Cry Thunder, Valley Of The Damned, Ring Of Fire (Merle Kilgore Cover), Three Hammers, Through The Fire & The Flames

Auteur : Maxime Pagé

Photographe : Thomas Mazerolles

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009