Kool and the Gang

Kool and the Gang

10 Juin 2015 – Le Disco Funk Legend Festival était de passage au Zénith de Toulouse avec un plateau regroupant les pointures du funk des années 80 : Kool & The Gang, Earth Wind & Fire et Imagination. Au programme plus de 3h de musique Funk, Disco et Jazz le tout dans un Zénith arborant sa configuration minimale avec un peu plus de 3 000 personnes. Une fois sur place on peut s’apercevoir que ces 3 groupes en activité depuis plus de 40ans touchent absolument toutes les générations. Les fans sont venus en famille, entre amis ou en couple arborant parfois des habits à paillettes ou des perruques colorés. Le disco-funk imprègne rapidement le Zénith de Toulouse.

Imagination

Il est 19h30 pétantes, le batteur et le bassiste de la formation Imagination s’installent derrière leurs instruments et dès les premières notes le groove vient instantanément nous faire vibrer, c’est pour danser sur du bon funk à l’ancienne comme celui-ci que l’on s’est déplacé ce soir. Leee John, membre fondateur du groupe, fait son apparition sur scène sous une ovation du public, omniprésent sur scène, il met très rapidement le feu au Zénith avec ses pas de danses ravageurs et sa voix qui n’a rien perdu avec l’âge.

Le groupe ne ressemble plus au trio qui a cartonné dans les années 80, mais les remplaçants d’Errol Kennedy et Ashley Ingram ainsi que les 2 choristes et percussionnistes font très bien le boulot. Leee John au chant fait revivre ce groupe d’anthologie au travers de leurs plus grands hits. On aura le droit, entre autres, aux fameux Flashback, Body Talk mais également à quelques reprises surprenantes comme One Love de Bob Marley que tout le public a repris en cœur.

Le show d’Imagination aura duré 1h et il est maintenant temps du changement de plateau, le véritable calvaire de la soirée. Les techniciens nous feront attendre plus de 30 minutes entre chaque groupe, de quoi faire redescendre considérablement l’ambiance alors que les gens étaient venus pour danser sans interruption.

Earth Wind & Fire

21h, c’est reparti avec la formation Earth Wind & Fire qui prend d’assaut la scène du Zénith avec ses 13 membres. Sur la scène on retrouve un batteur, quatre cuivres, deux pianistes, un guitariste, un bassiste, un percussionniste, le tout réuni autour des 3 chanteurs : Tim Owens, Claude Woods et DeVere Duckett, aux tessitures de voix complémentaires qui alternent chant et cœur afin de remplacer avec brio l’ancien leader du groupe Maurice White. La formation reprise en main par le guitariste virtuose Al Mckay n’a conservé aucun de ses membres d’origine mais navigue sur le subtil mélange jazz, funk, soul et pop qui a fait la notoriété du groupe dans les années 70. On retrouve sur scène tous les titres de légende du groupe, aussi bien énergique comme Boogie Wonderland que plus posé et sensuel comme After The Love Has Gone qui a transformé le Zénith en piste géante pour les couples souhaitant danser un slow. On aura également le droit à de nombreux solos qui font la spécificité de ce style musical ainsi qu’à des chorégraphies ultra travaillées et synchronisées de l’ensemble des membres du groupe.

Le show se termine vers 22h avec l’extraordinaire September qui a rendu hystérique l’ensemble des fans. On ne pouvait pas espérer meilleur morceau de fin. La formation Earth Wind & Fire quitte la scène sous une ovation exceptionnelle du public.

Kool & the Gang

Puis finalement à 22h35 la formation Kool & the Gang fait son entrée sur scène. On repart avec la même taille de groupe qu’ Earth Wind & Fire : une formation de 11 membres composée de cuivres, un batteur, un percussionniste, un bassiste, une guitare, un synthé et avec 2 chanteurs. Le groupe est moins touché par les changements de line-up que les 2 formations précédentes. Les deux frères fondateurs Robert et Ronald Bell sont toujours sur scène et semblent posséder une seconde jeunesse.

Kool & the Gang débute le set avec Fresh sur une scène qui est pour le coup complètement dégagée et aérée pour laisser l’espace nécessaire aux déplacements des musiciens, chanteurs et danseurs. Il ne faudra pas attendre longtemps avant de voir les premières chorégraphies qui viennent dynamiser le set ainsi que des moments délirants de Michael Ray qui n’hésitera pas à nous faire partager ses talents de gymnaste avec des roulades ou roues sur scène. Contrairement à Earth Wind & Fire, on ressent moins le côté ultra orchestré des chorégraphies, mais plutôt quelque chose de beaucoup plus spontané.

Côté musical, Kool & The Gang est reconnu comme le groupe précurseur du RnB mais sur scène ils mettent moins l’accent sur le chant et plus sur les longs passages instrumentaux agrémentés de très nombreux solos. On aura néanmoins le droit au très beau slow Cherish, ainsi que la puissance du funk et du groove sur les Ladies Night et Get Down On It.

Sur les coups de 23h45, la soirée doit malheureusement prendre fin après plus de 3h de show et autant de temps passé à danser. Contrairement à ce que nous aurions pu penser, les 3 groupes aux line-up très rajeunis n’ont rien perdu de la qualité musicale des années 80. Merci à Box-Office pour avoir fait venir ces groupes légendaires le temps d’une soirée dans la ville rose.

Auteur & Photographe : Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009