dh-4

Avec la parution de leur nouveau disque en début d’année, la formation anglaise Diamond Head était de passage aux Katakombes en compagnie de la formation ontarienne Old James et la formation locale Canceric.

Comme il y a beaucoup d’activité dans la métropole en ce début de semaine, il est tout à fait normal de voir qu’une poignée d’irréductibles se sont déplacés pour voir le groupe Canceric fouler la petite scène des Katakombes. Roulant leur bosse depuis quelques années déjà, leur musique thrash attire de plus en plus d’amateurs. Malgré la petite foule, les musiciens sont très énergiques sur scène et leur musique entrainante et brutale séduite peu a peu les amateurs qui ne connaissent pas le groupe. Matt Bouchard profite de cet élan pour demander à la foule de se rapprocher de la scène. Incorporant quelques éléments death dans leur musique endiablée, le groupe a tout pour survolter ceux qui aiment ce style musical, dommage qu’ils étaient les premiers sur scène en ce mardi.

dh-3

Les amateurs sont plus nombreux lorsque la formation Old James monte sur scène, mais nous sommes encore loin d’une salle comble. On remarque immédiatement que la formation est maintenant un trio et que Brian Stephenson cumule maintenant les fonctions de chanteur et de bassiste. Même si cela n’affecte pas sa performance vocale, le fait de jouer de la basse affecte son style énergique. Leur style musical tiré des années 70s incorpore rock et blues est entrainant, mais ne fait pas lever la foule. Cette dernière réagira favorablement aux excellentes reprises de Cold Sweat (Thin Lizzy) et de Space Truckin’ (Deep Purple). Leur entrée aux États-Unis ayant été refusée la veille, les musiciens étaient fort heureux de pouvoir finalement se retrouver sur la même scène que la formation Diamond Head.

dh-2

C’est maintenant le moment tant attendu, l’un des premiers groupes de la NWOBHM est enfin de retour à Montréal après une absence de plus de quatre ans. Malgré leur longue carrière, c’est un Brian Tatler tout sourire qui installe ses pédales sur scène avant leur prestation. Leur énergie renouvelle avec la venue du jeune chanteur danois Rasmus Bom Andersen, Diamond Head prend d’assaut les Katakombes en jouant les titres Bones, Diamonds, Set My Soul On Fire et Shout At The Devil de leur nouvel album en alternance avec leur vieux succès. C’est cependant lorsque le groupe joue la pièce Helpless que l’énergie de la foule s’élèvera d’un cran. On remarque que malgré leur nouvel album, les Anglais choisissent de jouer leur tout premier album (Lightning To The Nations) en entier. Les musiciens sont très énergiques sur scène et l’interaction entre Rasmus et les autres musiciens est très bonne. Les amateurs attendaient avec impatience les classiques du groupe et ces derniers ont démontré à quel point ils avaient de l’énergie en réserve lorsque le groupe a joué en succession The Prince, It’s Electric, Am I Evil? et Streets Of Gold. Le batteur Karl Wilcox a tenu à remercier les amateurs qui se sont déplacés et plus particulièrement ceux qui lui ont envoyé des messages suivant le décès de sa mère.

Même s’ils n’attirent pas de grosses foules en Amérique du Nord, la formation Diamond Head donne un excellent spectacle et ceux qui se sont déplacés ont grandement apprécié leur musique de ces légendes. À voir le sourire des musiciens après leur prestation, ils ont été très satisfaits de leur soirée dans la métropole.

dh-1

Auteur: Albert Lamoureux

Photographe: Thomas Mazerolles (collaboration spéciale)

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009