lDCCLhpImmersion totale dans les heures les plus sombres du Moyen-Âge avec le nouvel album du groupe Délétère. La formation de Metal Noir nous dévoile son deuxième opus « Per Aspera Ad Pestilentiam » (Sepulchral Productions – 18 mars 2017) qui succède au remarquable « Les heures de la Peste ».  

L’atmosphère morbide est annoncée dès le premier titre « I – Incipit : Noster Fructus Irae » qui constitue un enregistrement du Dies Irae (Jour de colère en latin), un chant grégorien apocalyptique. Le crépitement du son et les cris de torture laissent supposer que l’extrait provient d’un vieux film se déroulant en pleine inquisition. La charge commence réellement avec la seconde piste, « II – Le Lai de la Vermine ». La grande surprise vient de la qualité de l’enregistrement. On remarque tout de suite l’absence d’un bruit de fond donnant l’effet caverneux que l’on ressentait sur les premiers morceaux de Délétère. Un peu à la manière du dernier Forteresse (« Thèmes pour la rébellion », 2016 – Sepulchral Productions) , le groupe semble avoir opté pour un son plus propre et travaillé. N’en déplaise aux puristes du genre, ce changement n’altère en rien l’effet souhaité par Thorleïf (chant et batterie) et Atheos (guitare et basse). Prenez une dose de haine vociférée avec ardeur, une pincée de rythmique à en perdre les cervicales, le tout dans une atmosphère des plus épiques, puis vous obtiendrez l’âme de cette œuvre.

La même recette est appliquée aux titres suivant. Sur « III – Horae Leprae : Cantus IV : I.N.O.P.I.A E.T. M.O.R.B.O », le keyboard se manifeste plus que sur les autres compositions. Cet effet apporte une dimension mélodique à la violence des autres instruments. Mon coup de cœur ira en revanche pour « IV – Milites Pestilentiae II : De Violatione Ciuitatis Febilis Dei » dont le refrain « Per Aspera ! Per Aspera ! Per Aspera Ad Pestilentiam » me reste en tête pour la journée.  Enfin, « V – Ordo Regis Caedis » clôture en beauté cet ensemble. On pourra noter une passe où le chant principal est accompagné de back vocals, donnant un aspect de chant liturgique.

Somme toute, le changement opéré par Délétère sur ces nouvelles compositions offre une manière de redécouvrir le groupe. J’avais déjà apprécié la qualité de la prestation live de Délétère avec les anciens morceaux, je serais d’autant plus curieux de les revoir avec ce nouveau stock. On peut aisément affirmer que cet album conviendra à toute personne qui se revendique fan de métal noir.

Auteur: Kevin Rollet

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009