prd74515Beth Hart, c’est cette chanteuse américaine à la voix de velours, à la fois puissante, chaleureuse et bluesy. Le titre L.A Song a fait décoller sa carrière en 1999. En France, l’artiste devient populaire grâce à l’album Don’t Explain, enregistré en compagnie du célèbre guitariste Joe Bonamossa en 2011. Aujourd’hui Beth Hart revient avec un nouvel album Better Than Home qui sortira le 13 avril prochain (Mascot Music Prod/Provogue). Ce petit dernier qu’elle a composé et écrit dans son ensemble est le fruit de son expérience, le récit de sa vie.

Cet opus riche de sonorités diverses est toutefois très axé soul… la chanteuse se livre musicalement, avec sincérité, douceur et simplicité.
Beth, bipolaire, a connu une enfance compliquée, des problèmes de drogue et d’alcool et nous expose ce passé douloureux. Mise au défi par son producteur et son mari, elle nous parle aussi de joie, d’amour, et plus particulièrement d’espoir. Le premier titre Might As Well Smile en est l’exemple parfait : «  derrière chaque larme se cache de la joie, derrière chaque peur se trouve la foi… » L’artiste choisit de tirer le meilleur des expériences difficiles, de transformer le négatif en positif et de sourire à la vie. Une énergie que l’on retrouve dans le titre Trouble, on ressent la femme combative qui s’est épanouie et qui, aujourd’hui, s’assume. Le morceau éponyme est également riche d’optimisme « Mieux qu’à la maison », Beth évoque la vie, sortir de son cocon et profiter de ce que la vie vous offre. St.Teresa et Mechanical Heart sont, pour moi, les deux plus beaux récits de cet album, les paroles et les mélodies vous transpercent. La première chanson, cette lettre à St Therèse, est une sorte de rétrospective inspirée par le film Dead Man Walking lui-même tiré du livre écrit pas Sœur Helen Prejean. Le point souligné ici est le don et l’importance de la grâce au sens de faveur, bienveillance. (Peut-être une référence à Thérèse d’Avila et sa transverbération, le transpercement spirituel du cœur). La seconde s’adresse à son mari, B.Hart évoque l’amour tout simplement. Musicalement, l’ensemble est liquoreux, on reste sur des balades très soul. On retrouve des notes blues, jazz et rock mais beaucoup moins que sur ces  précédents albums. L’instrument principal est le piano sur lequel la voix de la chanteuse glisse, douce comme de la soie. Quelques parties orchestrales sont ajoutées par moment, donnant de l’ampleur, comme dans Mechanical Heart.  Beth nous décrit la musique comme son salvateur dans As Long As I Have a Song. Enfin, elle dédie un titre bonus à sa mère : Mama This One’s For You.

Avec ce nouvel album composé de 11 titres dans lesquels Beth Hart se confesse sans détour. Elle a su me toucher avec son sublime grain de voix qui laisse transparaître une force fragile et ses compositions pleines de vénusté. Better Than Home ou le récit d’une survivante.

Ne réfléchissez pas et rendez vous immédiatement chez votre disquaire.

8.5/10 : Un album tout en douceur, plein d’authenticité. Émotion garantie.

Auteur: Fanny Dudognon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009