p198avndrgfvg15ikv8g2mi7n34

Malgré la longue carrière de la formation montréalaise Arapacis, A Disturbing Awakening est seulement leur quatrième album. Bien que les musiciens se soient succédé à plusieurs reprises, le groupe continue de jouer une musique rock progressive inspirée principalement des années 70s. Le groupe est donc composé de Jerry Fielden (guitares et basse), de Shelle Macpherson (chant) et de Mathieu Roy (batteur invité sur l’album).

On se rend compte dès les premières notes du titre Sorrow Of A Lost War que le groupe Deep Purple est une grande influence pour la formation montréalaise. Même si la musique est axée sur une mélodie de guitare et de claviers (l’œuvre de Leonardo Fagelli), la voix de Shelle ne laisse pas sa place et s’agence bien avec la musique. Ne délaissant pas leur passion pour la musique doom, le groupe nous offre une musique lourde, lente et axée sur le rythme avec le titre Broken Windows. Contenant plusieurs changements de cadence, on remarque que Shelle est plus à l’aise avec ce style musical en nous offrant une très bonne performance vocale. C’est sur la pièce Wanderlust que nous retrouvons Guy LeBlanc (Nathan Mahl et Camel) comme invité aux claviers. Malgré la complexité de la musique et les nombreux passages instrumentaux, cette dernière reste fluide et très entrainante. C’est avec une mélodie de mandoline rappelant la musique de Blackmore’s Night que débute la pièce With Ghosts, In Hell I Stand. Même si ce titre est très joyeux dans son ensemble, la fin est quant à elle plus lugubre avec les cris de Tom Guevara, ce qui nous prépare pour la pièce suivante (Godless) qui est centré sur les cris démoniaques de Shelle. Ce type de vocal est surprenant, mais va très bien avec la musique saccadée. L’une des meilleures pièces de l’album est sans contredit Tearing The Mist. En plus de mettre en évidence l’excellent travail de Jerry à la guitare, on y retrouve aussi Don Airey (Deep Purple) aux claviers. L’instrumentale Eyes Of Malevolence rappellera quant à elle la musique de Rush par moment avec ces accents rythmiques qui mettent en évidence autant Mathieu Roy à la batterie/guitare rythmique que Jerry à la guitare/basse/clavier.

Contenant une musique plus travaillée et une production de meilleure qualité, A Disturbing Awakening est un album fort agréable à écouter. Sa vision moderne de la musique des années 70 fera le bonheur de plusieurs amateurs qui aime ce style musical.

Note : 8/10 –  Un nouvel album, un nouveau sommet pour le groupe

Auteur: Albert Lamoureux

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009