Chinese Man

Samedi 20 octobre – C’est parti pour une deuxième journée à Limoux et aux Bulles Sonores, avec aujourd’hui un prog’ très electro-rap.

Après une réception très mitigée à Pause Guitare, il nous tardait de voir ce que valait Vald, mais surtout de savoir s’il serait mieux accueilli ce soir avec un public moins familial qu’à Albi. Or, nous sentons dès les premiers morceaux (et notamment son incontournable Bonjour) que le public, bien que plus motivé, ne sera pas entièrement convaincu. Trop second degré pour certains, incompréhensibles pour d’autres ; cet alien du rap contemporain a décidément du mal à se faire entendre. Lui qui rappelle assez souvent l’ironie nécessaire pour écouter ses tubes, il fera tout de même face à une tente assez bien remplie et donc les premiers rangs sont à donf. Il faut dire que Valentin est lui-aussi plein d’énergie sur scène, il sautera presque continuellement durant l’heure de set ! Rappellant ce qu’il avait dit aux journalistes de France 3 ( “Vald sur scène, c’est l’hy-sté-rie”), il ne nous a pas menti et les plus convaincus d’entre nous profiterons notamment des deux prestations sur Eurotrap en début et fin de set. On aura bien du mal à vous donner une critique sur son live ; le mieux est encore d’aller le voir pour se faire sa propre idée.

Il nous tardait de découvrir le mélange entre remix électro de Rhino et flow puissant d’ASM. On restera mitigé face à la prestation, notamment à cause de l’absence d’ASM qui ne viendront que sur quelques morceaux en fin de session. Nous les verrons donc essentiellement avec Chinese Man en fin de soirée, et nous nous contentons pour l’instant de Rhino. Malgré une bonne ambiance sous la tente grâce à une musique bien rythmée (c’est l’essentiel), on regrette le manque de composition de son set, mais surtout la très mauvaise balance du son qui régnera tout le weekend. En effet, les basses beaucoup trop fortes rendaient la musique presque inaudible sur certains groupes, et évidemment sur Rhino qui doit de base avoir des basses assez élevées. Dommage, mais on le reverrait volontiers dans un autre contexte, peut-être avec une autre programmation moins hétérogène.

Si vous suivez l’actualité Thorium, on ne vous apprendra rien sur Mome. Omniprésent sur la scène nationale, c’est pourtant avec plaisir que l’on retrouvait sa musique rafraîchissante ; même si l’on regrette évidemment que la composition de sa setlist n’ait pas vraiment changé. Néanmoins, il a ambiancé le festival en faisant visiblement des émules parmi les 5000 personnes qui ont permis d’afficher complet. Il apportera la “French Touch” à ce samedi, avec une musique alliant toujours exotisme et ambiant. Une bonne ambiance qui durera 1h, attisée par les solos de guitare qui rendent le spectacle plus vivant – chose positive face à certains DJs restant immobile derrière leur table !

La grosse claque de ce festival, c’est eux. On s’y attendait un peu vu le faya qu’ils avaient mis au Bikini ; ils n’ont fait que confirmer le talent scénique. Chinese Man étaient de retour avec leur morceaux d’anthologie, accompagnés ce coup pour de bon d’ASM qui ont régalé ! Encore une fois la scénographie était superbement pensée, construite autour d’un superbe décor central ayant l’apparence de poste à l’ancienne “chinoisé”. Côté technique c’est irréprochable, notamment pour les rappeurs de A State of Mind qui ont débité un flow régulier et maîtrisé de bout en bout. Un mix qui marche toujours aussi bien et qui marquera un des moments forts de ce festival.

La programmation promettait beaucoup ; elle n’aura pas déçu les quelques 5.000 personnes ayant fait le déplacement ce soir à Limoux. De grosses prestations malgré des réceptions quelque peu mitigées comme sur Vald ou Rhino, et un problème important de balance qui n’empêchera pas la réussite de cette seconde soirée.

Auteur : David Vacher

Photographe : Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009