Il y a trois mots qui décriraient bien le spectacle de mercredi soir aux Foufounes Électriques : pesant, agressif et gras! En effet, le groupe de death/grind américain Cattle Decapitation était de passage à Montréal dans le cadre de la deuxième partie de leur tournée The North American Extinction Tour : Inhuman Beings et, pour l’occasion, il s’est entouré de groupes très solides : Revocation, Full Of Hell et Artificial Brain. Apes, groupe de la ville de Québec, a également été ajouté à cette soirée où le gore est roi!

Apes : Un hardcore/grind sombre à souhait

Les musiciens de Apes avaient la lourde tâche de réchauffer la salle qui, à leur “arrivée sur scène”, était tout de même bien garnie. Je mets le terme entre guillemets car si la plupart des membres du groupe étaient sur scène, le chanteur Alex a décidé de profiter du parterre pour se laisser aller allègrement. Choix judicieux certes, mais pour moi ça a un peu miné la chimie du groupe. Avec un nouvel album sorti en juin intitulé Lightless, Apes y vont dans un style lourd, agressif avec beaucoup d’ambiance. Malheureusement pour eux, le son lors de leur prestation était loin d’être excellent ce qui rendaient leurs chansons trop semblables l’une à l’autre. Néanmoins, le groupe y est allé avec énergie et espérons que la prochaine fois, la qualité de son rendra justice à leurs compositions.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Artificial Brain : Ambiant, technique, robotique

J’avais entendu de très bonnes choses à propos du groupe Artificial Brain, qui oeuvre dans un death technique mais aussi un peu ambiant et qui a sorti son deuxième album Infrared Horizon qui est acclamé par la critique. Malheureusement pour eux, leur chanteur Will n’a pas pu traverser la frontière mais ils ont pu trouver un remplaçant en la personne de Paulo Henri Paguntalan… et ce dernier m’a vraiment impressionné! Non seulement son range vocal était très varié, mais pour un remplaçant de dernière minute, il avait l’air extrêmement à l’aise sur scène, y allant avec humour et maîtrisant la danse du robot à la perfection! Les musiciens étaient tous excellents et très tight et parmi les musiciens ont pouvait également noter la présence de Dan Gargiulo, guitariste de Revocation. Je ne m’attendais à rien de leur prestation et j’ai été agréablement surpris!

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Full Of Hell : Chaos organisé

Full Of Hell semble bénéficier d’une grande popularité ces derniers temps, surtout grâce aux splits qu’ils ont fait avec les groupe Nails et The Body. C’était donc naturel de les voir sur une tournée regroupant des groupes aussi brutaux qu’eux. On peut dire qu’ils ont un style bien à eux, mélangeant le grindcore, hardcore, death metal et le noise. D’emblée je dois le dire, je n’ai vraiment pas apprécié leur prestation. Un mur de son où le chanteur s’époumonait tout en jouant avec une console pour créer des sons ambiants, et parfois pendant trop longtemps. Il y avait également un autre membre du groupe qui faisait des effets sonores avec une chaîne en métal…mais je ne trouvais pas que cela apportait vraiment quelque chose de plus à leur musique. Par la suite, je suis allé écouter leur dernier album Trumpeting Ecstasy et c’est là que je me suis rendu compte que la qualité de son au spectacle n’était vraiment pas génial. Un rendez-vous manqué pour moi et Full Of Hell et peut-être, que la prochaine fois, ils parviendront à venir me chercher. Dommage!

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Revocation : Un thrash technique et solide!

J’ai déjà vu le groupe Revocation à plusieurs reprises dans le passé et leurs prestations ont toujours été très agréables! Mais je dois dire que leurs albums plus récents ne m’ont pas autant accroché, surtout leur dernier album Great Is Our Sin que je trouve un peu flat. Dave Davidson et sa bande se sont présentés devant une salle assez pleine et nous ont lancé Teratogenesis en plein visage! Si le parterre avait été quelque peu tranquille jusqu’à maintenant, c’est à Revocation que le moshpit à commencé pour ne finir qu’à la fin de la soirée! Ils ont visité une bonne partie de leur discographie avec des pièces comme Existence Is Futile, The Hive et Scorched Earth Policy. Ils ont même été jusqu’à leur tout premier album avec la pièce Empire Of The Obscene. Malgré tout, un détail a quelque peu gâché mon appréciation de leur prestation : le son du bass drum était tout simplement horrible. Pour aller quelque peu dans l’exagération, on aurait dit qu’au lieur des bass drums, c’était deux cloches à vache. Même avec ce détail technique, Revocation ont bien livré la marchandise, surtout en nous offrant en guise de finale la pièce Dismantle The Dictator, un moment fort de la soirée. J’aurais aimé entendre plus de pièces de Chaos Of Forms qui a été complètement laissé de côté mais ils ont tout de même offert une solide prestation!

Setlist : Teratogenesis, Communion, Existence Is Futile, The Hive, Empire Of The Obscene, Copernican Heresy, Scorched Earth Policy, Crumbling Imperium, Dismantle The Dictator

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Cattle Decapitation : Un métal gras comme ça ne se peut pas!

Cattle Decapitation est probablement un des groupes les plus efficaces du genre! Avec un drum tight à souhait, des riffs solides et un vocal des plus gras et versatiles, c’est impossible de rester de glace en entendant leur matériel! C’est sur les notes de The Carbon Stampede que les hostilités ont été lancées et que le parterre a littéralement explosé! Les musiciens avaient l’air en forme et Travis Ryan était plus qu’impressionnant avec sa voix gutturale et criarde. On va se le dire, la musique de Cattle Decapitation est tout simplement sale et méchante, et on l’apprécie grandement! Le setlist de ce soir était entièrement constitué de chansons provenant des deux derniers album, Monolith Of Inhumanity et The Anthropocene Extinction, ce qui est quelque peu dommage pour les fans de leur matériel plus ancien. Dans mon cas, cela ne m’a pas trop gêné car, à mon avis, leur plus récent album est probablement leur meilleur en carrière. Ils nous ont carrément défoncé la face avec des pièces brutales comme The Prophets Of Loss, Forced Gender Reassignment et Pacific Grim. Mais pour moi, les moments forts de leur prestation ont été l’interprétation des pièces Clandestine Ways (Krokodil Rot) et Manufactured Extinct, deux pièces excessivement solides et, on va se le dire, ça rentrait au poste en s’il-vous-plaît! C’est avec Your Disposal qu’ils ont terminé ce spectacle qui nous a laissé suintants et complètement vidés! Cattle Decapitation sont incontestablement les maîtres du death/grind et c’est avec plaisir que je retournerais les voir à leur prochain passage en ville!

Setlist : The Carbon Stampede, Dead Set On Suicide, The Prophets Of Loss, A Living, Breathing Piece Of Defecating Meat, Forced Gender Reassignment, Clandestine Ways (Krokodil Rot), Not Suitable For Life, Apex Blasphemy, Circo Inhumanitas, Kingdom Of Tyrants, The Burden Of Seven Billion (Interlude), Manufactured Extinct, Pacific Grim, Your Disposal

Auteur : Maxime Pagé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009