Brodinski

14 novembre 2014 – Cette année au Festival Les Inrocks, prévu les 17 et 18 novembre prochains (où nous serons également présents pour vous dépeindre tout ça), s’est ajoutée une nuit électro. Vendredi, Le Bikini recevait donc DJ Slow, MYD, MPA Shitro, Guillaume Berg et le boss de Bromance : Brodinski.

C’est dans un Bikini plutôt (très) vide que nous arrivons sur les coups de 1h et c’est Guillaume Berg, un bonnet plaqué sur ses longs cheveux bonds, qui est derrière les platines. Pour accompagner son électro c’est le rappeur multi-tatoué débarqué d’Atlanta MPA Shitro, qui incarne, micro en main, les accents hip-hop du set. Un deuxième rappeur filme sans relâche le live depuis la scène avec son téléphone portable, pendant que nous, nous commençons à nous impatienter, pas très réceptifs au style musical. Nous apercevons Brodinski, t-shirt blanc et casquette assortie,  qui commence à se préparer pour son set. Le line up n’a pas été dévoilé, mais au regard de notre montre le set de Brodinski se retarde par rapport à ce que les programmateurs nous avaient annoncé. C’est donc une heure plus tard que Brodinski, casquette à l’envers, se place enfin derrière les platines. La salle s’est remplie. De mon côté, l’accueil se fait dans une euphorie immense, car je garde l’énorme souvenir de son passage au Bikini en novembre dernier pour une Bromance Night. Mais le soufflé de plaisir redescend bien vite, car c’est un set très branché US qu’il nous balance là. On ne peut bien sûr pas jouer les méprisants quand on connaît l’importance des influences rap américain sur la musique de Bro. Néanmoins je préfère de loin la cuvée sonique qu’il nous sert notamment lors de ses duos avec Gesaffelstein. Il nous a sûrement cédé là quelques extraits de son premier album qui sortira début 2015. A 2h58 c’est l’étonnement, Louis passe devant les platines pour nous envoyer ses baisers afin de laisser la place à DJ Slow. J’ai cru l’espace d’un instant qu’il resterait pour un duo, mais non : il danse un peu, échange avec son successeur mais nous abandonne après une toute petite heure de mix. Le set de DJ Slow ne nous a pas convaincu, et c’est enfin MYD, membre de Club Cheval et pote surdoué de Bro avec qui il travaille son album, qui le relayera pour terminer la soirée. Mais la fatigue, doublée d’une certaine lassitude musicale, il faut bien l’avouer, nous avait déjà rattrapée et nous abandonnons la bataille.

Nous nous attendions à marquer cette soirée au fer rouge pour cet événement électro qui s’annonçait fou, mais Le Bikini n’a pas été retourné comme nous l’imaginions. En échangeant avec les autres clubbeurs nous nous sommes aperçus que ce sentiment était partagé, n’étant pas les seuls déçus par cette édition toulousaine.

Auteur : Vanessa Eudeline

Photographe : Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009