20150506BigfloEtOli315

06 Mai 2015 – Ce soir Bigflo et Oli, duo fraternel natif de Toulouse, est de retour au bercail, et c’est à guichets fermés que le Metronum ouvre ses portes. 21h10, après une première partie assurée par les deux beatboxers toulousains de Fabulous Wadness, le show de Bigflo et Oli s’apprête à démarrer. Une voix robotique résonne dans la salle obscurcie, nous invitant à un voyage unique. Toujours dans une ambiance tamisée, le violoncelliste et le DJ insufflent l’instrumentale. On entend le flow La cour des grands, celui qui introduit leur nouvel album. Bigflo vient alors se placer sous un faisceau de lumière au milieu de la scène, son couplet terminé, Oli viendra le relayer dans ce même tableau. Devant un public bouillonnant ils enchaînent les titres à commencer par Pourquoi pas nous ? Vient enfin le morceau Gangsta, ce son au ton parodique anti bling-bling qui résonnent sur de nombreuses ondes. Puis l’éclairage se feutre, Bigflo et Oli viennent s’asseoir tandis que leurs deux musiciens rejoignent piano et machines. Ils interprètent alors Le cordon, un dialogue mère-foetus qui aborde le sujet de l’avortement, dévoilé sur la toile quelques jours auparavant. Par la suite Oli nous déploie ses talent de trompettiste (instrument qu’il a étudié dans le passé, au Conservatoire) sur le morceau Comme d’hab. Je prends ensuite ma claque avec le morceau Nik ta mère, qui renforce l’idée que je me fais d’eux : si jeunes soient-ils c’est avec talent qu’ils composent un rap intelligent. L’interprétation de ce titre est un moment vibrant qui se termine par un solo de Luc Blanchot au violoncelle avant que Bigflo et Oli ne le rejoignent pour reprendre le refrain à ses côtés. Ils font ensuite revenir sur scène, Wawad, qui a assuré la 1ère partie, engageant avec brio le beatbox avant de se livrer entre impro et stand up à une battle de MC’s. A l’approche de l’issue du concert ils interprètent Monsieur tout le monde, titre sombre et brutal révélé par un clip coup de poing (qui réunit presque 3 millions de vues sur Youtube) incarné par Kyan Khojandi, l’acteur de la série Bref. Merveille dramatique, qui là aussi confirme leur brio. La suite c’est un départ sec face auquel personne n’est dupe, donnant lieu à un généreux rappel.

Auteur : Vanessa Eudeline

Photographe : Antony Chardon

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009