Psykup

13 mars 2015 – Ce soir, je me rends à Albi pour la Before Party Xtreme Fest organisée par Pollux Asso. L’affiche est variée et composée de 4 groupes locaux : Drawers, Alea Jacta Est, Psykup et Dirty Fonzy. J’arrive après une heure de route, c’est une heure de galère pour trouver cette fichue salle des fêtes. Pas particulièrement superstitieuse, je me dis quand même que ce satané vendredi 13 y est pour quelque chose.

20h, je retrouve quelques copains mais il n’y a pas foule. Les portes s’ouvrent vers 20h30 et il faudra attendre 20h55 avant que Drawers monte sur scène et nous délivre un set d’une trentaine de minutes. Je voyais le groupe la semaine précédente au Connexion Live de Toulouse en première partie de Snot dont vous pouvez retrouver le live report par ici. Ce soir,  le public est certes moins nombreux et beaucoup plus calme mais j’apprécie grandement de pouvoir suivre le concert face à la scène. En effet, le son est bien meilleur, mettant la qualité de la musique de Drawers et le chant de Niko bien plus en valeur que vendredi dernier. C’est toujours très sympa de passer un moment devant Niko, Laurent, Alexandre, Jérémie et Oliver qui nous livrent leur sludge heavy et puissant avec énergie, je ne me lasse pas d’entendre des titres comme Mourning. Le public est un peu mou mais le groupe assure tout de même la prestation, merci les gars!

Les changements de plateau prendront 30 minutes à chaque fois, on est vendredi soir, tranquille. 21h50 c’est le groupe de hardcore toulousain Alea Jacta Est qui prend le relais. Changement de style radical, mais c’est aussi le point positif de la soirée, il y en a pour tous les goûts ! Créé en 2006, le groupe sortait Vae Victis en 2014 et se produisait à l’Xtreme Fest en août où l’ambiance avait été vraiment bonne. Alea Jacta Est c’est la bagarre, Vincent au chant le dit « frappez-vous », « c’est l’heure du karaté là » donc tu as compris, si tu vas les voir en concert tu dois être en forme ! Pierre à la basse, Olivier et Julien aux guitares et Eric à la batterie se donnent à fond et invitent le public à se lâcher. Des titres comme Bullets are Loud ou From Silence I Rise ça donne envie de bouger il faut le dire: « From Silent I rise…aouuh, From Silent I rise, I rise, I rise… ». Le set se termine comme toujours avec Pierre au micro et son growl/pig-squeal, pas de surprise donc mais les « guerriers » restent fidèles à eux-mêmes, c’est carré et pêchu, les spectateurs semblent avoir apprécié. On les retrouve le 8 avril avec Madball au Connexion Live.

Aujourd’hui la plupart des gens ont clairement fait le déplacement pour Psykup, le public est bien plus nombreux à 22h50. Formé en 95, le groupe s’inspire de groupes comme Primus, Strapping Young Lad, SOAD, du métal, du groove, de la pop, du psychédélique… un mélange d’influences qui a donné naissance à ce qu’ils appellent l’ « Autruche core ». Après des années d’inactivé le groupe nous revient en 2014 pour le plus grand plaisir des fans et va nous prouver ce soir encore que l’idée était plus que bonne. Prêt pour le décollage ? Les Autruches débarquent, c’est parti pour un peu plus d’une heure de show. To Betray or not to be, parfait duo vocal avec Julien, également armée de sa guitare, et Matthieu. Ce dernier nous offrira ses plus beaux pas de danse, laissant voguer son corps au rythme de la musique. Mr Cassarino toujours plein de dynamisme saute dans tous les sens. As usual, Brice assure à la batterie, c’est aussi le cas de David à la guitare et Julian à la basse qui joue avec entrain, le sourire au lèvres. Love is Dead, ça swing yeah ! , Do It Yourself, Color Me Blood Red, Teacher… du cri, du chant suave, du metal, du groove et de la sueur et du gras…graouuuw ça envoie et dans le public c’est aussi l’euphorie, pogo, wall of death (qui sera demandé par Milka non sans humour). Quelques fous se lanceront dans des slams, pour certains ce fût un tête à tête avec le sol…Avec Psykup, on danse, on chante, on se lâche et ça, c’est grâce à leur musique, leur fougue communicative et leur extrême bonne humeur. Un dernier morceau ardemment réclamé par la foule, il est temps de faire l’Autruche. Merci pour ce moment de partage !

00h30, ce sont les punks de Dirty Fonzy qui vont clôturer la soirée. Si vous aimez les ambiance festives et les sonorités à la Dropkick Muprhys ou encore Rancid, alors vous aimerez ce groupe. Ils avaient eux aussi mis le feu durant leur passage à L’Xtreme Fest en 2014. Le groupe se compose d’Angelo Papas et Johny Vomito au chant et à la guitare, Rooliano à la basse et au chant, Dirty Midier à la trompette et l’harmonica, et le Fils qui remplace Dade Kool à la batterie. Vu l’heure beaucoup de personnes sont déjà parties mais ceux qui sont restés sont encore en forme. C’est sur des morceaux comme Here We Go Again, Daddy Was a Dirty Punk, Million Miles Away ou encore Brand New Day que les 5 membres de Dirty Fonzy vont transmettre une vague de bonne humeur dans la salle des fêtes. Les gens se mettent alors à danser et à chanter, on se croirait en famille et c’est plutôt agréable. Il était cependant déjà tard, je ne suis donc pas restée jusqu’à la fin du set. Merci à vous d’avoir su finir cette soirée dans cette ambiance conviviale et pour ceux qui souhaiteraient voir ou revoir les punks : rendez-vous demain, mercredi 18 mars au Metronum avec Dirty Fonzy, The Jerry Khan Bangers, Charlie Fiasco et Burning Heads.

Merci à Pollux Asso et aux quatre groupes présents ce soir, c’était fort sympathique. Prochaine Before Party le 30 mars prochain en compagnie de Raised Fist à la Dynamo.

Auteur: Fanny Dudognon

Photos: Clément Costantino

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009