Malgré les nombreuses tournées de la formation Anvil lors des dernières années, leur dernier passage dans la métropole remonte à 2011. Il n’est donc pas surprenant de voir que de nombreux amateurs anticipaient leur retour aux Foufounes Électriques. En plus du trio ontarien, les amateurs avaient l’occasion de voir les groupes locaux Powered By Death, Mad Parish et Warcall.

Comme nous pouvons nous y attendre, il y a très peu d’amateurs dans la salle lorsque Powered By Death arrive sur scène. Mais cela n’empêche pas la formation de jouer leur musique avec dynamisme et puissance. Faisant penser aux débuts des groupes comme Megadeth et de Metallica, leur musique réussit à faire hocher la tête de quelques amateurs au fur et à mesure que leur prestation progresse. Malgré l’intervention du chanteur/bassiste Alex Glass, la foule garde ses distances et laisse la place à quelques amateurs pour thrasher à la fin de leur prestation.

Le prochain groupe à fouler les planches des Foufounes Électriques est Mad Parish, un groupe que les amateurs ont vu à quelques reprises lors des derniers mois. Pour cette occasion, la formation choisit d’utiliser 3 guitaristes au lieu de leur configuration habituelle composée de deux guitaristes et d’un claviériste. Cette attaque à trois guitares donne beaucoup plus de mordant au son du groupe. Contrairement aux prestations précédentes du groupe, Josh n’a pas besoin d’insister pour que les amateurs s’approchent de la scène. On remarque aussi que les musiciens ont travaillé beaucoup sur leur chorégraphie et cela donne un côté beaucoup plus professionnel à leur prestation.

C’est maintenant au tour de la formation Warcall qui, comme le nom le suggère, transforme la scène en champ de bataille. Que ce soit les boites de balles ou le filet de camouflage sur la batterie, tout y est pour plonger l’amateur dans une atmosphère de guerre. La lourde musique brutale du groupe prend rapidement d’assaut les amateurs, mais malheureusement pour ces derniers, seulement une minorité d’amateurs démontrent de l’enthousiasme pendant leur prestation. La formation profitera tout de même de cette occasion pour jouer le titre Mission Commando, qui paraitra sur leur prochain album.

C’est maintenant le moment d’accueillir la formation Anvil et pour ce faire les nombreux amateurs scandent leur nom haut et fort pour les faire venir sur scène. C’est cependant Lips qui rejoint les amateurs dans la foule pour entamer le titre March Of The Crabs ! Entouré d’amateurs qui s’empressent de prendre des photos avec le guitariste, ce dernier ne peut qu’avoir un grand sourire en regardant comment la foule s’enflamme en ce début de spectacle. Lips rejoint ses compatriotes sur scène pour enchainer avec les titres 666 et Oooh Baby, deux vieux titres qui feront le bonheur des amateurs de longue date. Même si leur dernier album date de l’année dernière, le groupe intègre seulement les titres Daggers And Rum et Die For A Lie à travers une multitude de vieilles compositions tout en ignorant le milieu de leur catalogue. Cela ne semble aucunement déranger les amateurs qui se poussent vigoureusement tout au long de leur prestation. Pour la majorité des amateurs, c’est la première fois qu’ils ont la chance de voir le bassiste Chris Robertson à l’œuvre et ce dernier est tout simplement une bête de scène. Il est cependant dommage que sa basse enterre régulièrement la guitare. Ayant toujours une anecdote à raconter, Lips mentionne qu’il a décliné l’offre de Lemmy pour joindre Motörhead avant de lui dédier la pièce Free As The Wind. L’incontournable solo de guitare avec vibrateur de Lips hypnotise de nombreux amateurs lors de l’excellente Mothra alors que Robb démontre à quel point il est un excellent batteur avec son solo lors du titre Swing Thing.  C’est cependant avec les classiques comme Metal On Metal et Forged In Fire que la foule sera la plus vocale.  Cette superbe soirée prend fin avec un premier crowd surfer pendant la reprise du la pièce Born To Be Wild.

Si l’on se fie à la réaction des nombreux amateurs et aux sourires des musiciens, cette soirée a été un franc succès. Pour avoir vu de nombreux concerts de cette formation, ce passage aux Foufounes Électriques se classe parmi les meilleurs concerts du groupe.

Auteur: Albert Lamoureux

Photographe: Romy Del Signore

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009