DSC_1535

Clairement, ce spectacle, personne ne pouvait s’y attendre. Pour l’un des premiers spectacles de l’année 2017 du genre, le Métropolis nous reçoit pour recevoir ce cocktail de groupes hétéroclites mais qui au final s’est bien mélangé pour assembler une soirée mémorable. Pour célébrer le 20ème anniversaire de l’album Turn the Radio Off, la formation ska Reel Big Fish s’est offert une tournée avec le groupe punk militantisme Anti flag pour une tournée de l’Amérique du nord. Un mélange donc assez inattendu du pour un assemblage de styles assez évident, mais qui au final a pu réunir les nostalgiques des années 90 et du style dit à l’époque “underground”.

Avec une salle bien (trop!) remplie, le premier des quatre groupes qui entame ce samedi soir seront les musiciens de Direct Hit! qui envoie des pièces assez pop-punk avec une voix à la Goldfinger ou au groupe MXPX. Leur drapeau de groupe semble si petit et piteux en face de la gigantesque bannière d’Anti Flag avec le drapeau américain à l’envers qui envahit l’arrière-scène. Le band compense tout de même avec des pièces assurées et efficaces, sans réinventer la roue, mais en y ajoutant une couleur intéressante.

Le groupe Ballyhoo! qui prend la relève du spectacle présente un programme fort divertissant. Le quatuor constitué d’un guitariste-chanteur, un bassiste, un batteur et un claviériste-chanteur (c’est pas si clair) présente un copier-coller de Sublime avec du ska sympathique ou des pièces plus punk et énergique. La présence de scène compense pour les pièces peut originales, et la foule réagit relativement tranquillement à l’énergie que les chanteurs nous démontrent.

Cette foule qui attend notre premier groupe d’intérêt est assez intéressante. On y retrouve une majorité (voire totalité) d’anciens fans des groupes de la soirée qui ont grandi avec le début du punk alternatif et du ska-punk. La nostalgie était palpable! On s’y attendait, mais à ce stade, la plupart des gens chantaient les paroles par cœurs sans problème jusqu’à la fin de la soirée.

La lumière se tamise et les musiciens d’Anti Flag font leur entrée sur scène. Sans surprise, ils enchaînent la majorité des classiques du band sans attendre. You’d do the same, Die For your Government, F*ck the Police Brutality, This is the End for You My Friend, tous y passent. Le chanteur Bassiste Chris Barker prend à quelque occasion le microphone pour répéter aux enthousiastes au parterre de se respecter et de faire attention les uns aux autres lors des mosh pit pour s’assurer que tous s’amusent tout en restant sécuritaire… ou du moins en essayant!

Chris blague aussi de comment le groupe a dû mentir pour faire partie de la tournée en faisant à semblant d’avoir du ska dans leur répertoire. Au plus proche qui s’approchait du ska, le coquin nous ont présenté leur reprise de Should I Stay or Should I Go par The Clash; un clin d’œil sympathique au pionnier du style qui a influencé tous les groupes présents ce soir!

Comme à leur habitude, les chanteurs prennent un temps pour s’adresser à la foule avec leur éditorial sur la politique actuelle et à dénoncer les actions ignobles du nouveau président de nos voisins du sud. Inévitable, certes, mais de la part de ce groupe, bien justifié et accepté dans la salle. La prestation se termine avec leur finale “signature” en bougeant quelques morceaux de batterie et des micros au milieu du public pour finir avec Brandenburg Gate qu’on fait durer un bon cinq minutes.

À peine avons-nous le temps de reprendre notre souffle que le dernier acte de la soirée fait son apparition sur les planches. On change complètement de registre avec la musique de Reel Big Fish qui fait bouger la salle dès les premières notes. Pour les pièces, comme prévu, on balance l’intégralité du disque anniversaire Turn the Radio Off qui fête c’est 20 ans, un peu dans le désordre mais toujours avec une exactitude réussite et tight. On se rappelle donc ces souvenirs d’adolescence avec ces pièces assez loufoques et humoristiques comme Sell Out, Everything Suck, She as a Girlfriend now et All I Want is More. Tous les classiques qui font danser la salle d’une chanson à l’autre.

Des moments mémorables, on se souvient de la pièce S.R. qu’on s’amuse à reprendre en différents styles; en ska, punk, disco, country et même métal. Très comique! Ça rappel aussi les souvenir de leur dernier passage au Rockfest de Montebello où leur temps de scène était séparé en 2 parties; S.R. en plein de styles et 3-4 autres de leur répertoire. Bref, on garde le meilleur pour la fin (ou du moins la pièce la plus populaire du groupe), on termine donc avec la plus “sérieuse” de l’album Beer. En rappel, on s’offre les indémodables I’m Cool, Everyone Else is an Asshole, Where Have you Been et leur reprise bien connue de Take on Me.

Tout y est, les succès préférés des fans ont été joué de la part de chacun des groupes! Ce long concert (près de 4 heures quand même) nous a fait replonger dans ces classiques des années 90 en ce froid début de janvier. On ne s’ennuie jamais avec des spectacles du genre et les gens ont eu l’air de bien apprécier du début à la fin. Pour Reel Big Fish, leur retour a été annoncé cette semaine au festival Bivouak’alooza l’été prochain. Pour les autres, il faudra prendre son mal en patience jusqu’aux prochaines annonces.

Auteur: Francis M.Desmarais

Photographe: Paul Blondé

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009