Angus et Julia StoneDimanche 7 décembre 2014 – Alors qu’une partie du public fait encore le pied de grue aux portes du Bikini, les 3 talentueuses soeurs Taylor qui composent le trio anglais The Staves, entrent en scène pour assurer la première partie dès 20h30. Le temps d’une courte demi-heure elle harmonisent leurs voix aux notes de la guitare de Jessica ou du ukulélé de Camilla, emportant le public toulousain au son d’une tendre folk acoustique.

Cela fait maintenant plus d’une demi-heure que les soeurs de The Staves ont quitté la scène et pendant que les techniciens s’affairent, le public lui commence à s’impatienter, ne se privant pas de quelques sifflements pour affoler les troupes. A 21h40 la salle est plongée dans le noir et le silence le plus total, les musiciens prennent place et les premières notes résonnent. La scène est désormais éclairée d’une lumière bleue et le duo fraternel y apparaît, au centre, entouré de ses musiciens pour entamer A Heartbreak. Le concert qui vient de démarrer au son de l’introduction de leur dernier album, se poursuit avec Main Street dans une ambiance ardente et rouge où les dizaines d’ampoules suspendues depuis le plafond s’éclairent habilement chacune leur tour. A la fin du morceau Julia prend la parole de sa voix frêle pour nous saluer, Angus lui, ne le fera qu’une bonne demi-heure plus tard. Elle échange avec nous sur cette belle mais froide journée avant d’entamer For You, échappée belle de leur album Down The Way hissé au sommet des charts il y a 4 ans, tandis que l’arrière-plan étoilé s’illumine. L’ambiance scénique : des atmosphères douces, vaporeuses ou très colorées, s’ajuste à merveille avec leurs chants, le live se déroule avec grâce et aisance et nous flottons allègrement dans leurs univers, comme si le temps était suspendu. Angus démarre maintenant ses accords et entame son morceau solo Crash and Burn, sombre et électrique. Vers 22h10, celle que l’on espérait bien sûr entendre : Big Jet Plane, est interprétée dans une version folk plus alanguie encore que l’originale. 22h30 avant la dernière chanson Heart Beats Slow, Julia présente ceux qui l’entourent, nous adressant en français “Je vais vous présenter mes amis qui sont sur scène” avec un accent so cute. 22h45, le groupe revient rapidement après son final nous servir Yellow Brick Road pour rappel. A la fin du morceau les musiciens quittent la scène nous laissant seuls avec Angus et Julia, guitare sèche pour elle, électrique pour lui, ils nous interprètent alors Santa Monica Dream dans une atmosphère intimiste portée par la simple lumière des ampoules et de l’arrière-scène étoilée de lumières bleues. A la fin de cet instant magique ils s’embrassent avant de saluer ensemble le public. Il est 23h, la réalité reprend ses droits.

Auteur : Vanessa Eudeline

Photographe : Jerome Jacques

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009