Anathema n’est pas un groupe qui vient nous visiter si souvent, mais lorsque c’est le cas, les fans se déplacent en masse! C’est donc devant une salle qui affichait complet que le groupe britannique allait nous présenter des chansons de son nouvel album, The Optimist. Le groupe américain Silver Snakes les accompagnait pour cette courte tournée et avait la lourde tâche de réchauffer la foule.

Silver Snakes : Plus générique, tu meurs

Dès l’annonce de la tournée nord-américaine d’Anathema, plusieurs étaient curieux à savoir quel groupe allait les accompagner. Plusieurs spéculations pointaient vers le groupe français Alcest qui assurait leur première partie durant leur tournée estivale en Europe. Je fus parmi de ceux qui furent déçus que la tâche soit dévolue au groupe Silver Snakes, dont je n’avais jamais entendu parler. Après quelques écoutes sur internet, je trouvais le son du groupe peu intéressant, mais je me suis dis qu’il fallait laisser la chance au coureur. C’est devant une salle déjà bien pleine que le groupe américain s’est pointé sur scène et, honnêtement, je ne me rappelle pas la dernière fois qu’un groupe a provoqué chez moi un aussi total désintérêt après seulement une chanson. Le chanteur Alex Estrada a une voix assez monocorde et la musique est totalement flat. Certains groupes comme Anathema utilisent des effets dans le vocal comme dans la chanson Closer, ce qui rend la pièce unique, mais quand tu utilises le même effet vocal dans toutes les chansons, ça fait pitié. On aurait dit une version plus dark, plus cheap et moins catchy du vieux Three Days Grace. Un très mauvais choix de première partie et sérieusement, j’avais hâte que ça finisse.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Anathema : Aérien et inoubliable!

Anathema est l’un des seuls groupes qui a pu faire une excellente transition entre la sonorité métal de leurs premiers albums et le rock atmosphérique qui est devenu leur marque de commerce, et ce, depuis leur album Eternity sorti en 1996. Depuis ce tournant dans leur évolution musicale, leur popularité a grimpé en flèche et le concert à guichet fermé illustre très bien cet exploit. C’est sur un bref intro de la pièce San Francisco et avec un écran de projection que les membres sont arrivés sur scène sous des applaudissements bien nourris pour finalement commencer le périple très sentimentale que sont les deux pièces Untouchable. Le son est excellent et l’interprétation des chansons est sans faille. Les interactions du chanteur Vincent Cavanagh étaient presque toute en français, une valeur toujours sûr pour avoir la foule québécoise dans sa poche! La foule était conquise mais je dois dire que les nouvelles pièces tirées de The Optimist refroidissaient un peu les ardeurs de certains, surtout durant Leaving It Behind. Mais les chansons qui ont suivies ont su me faire oublier ce détail.

Les chansons choisies pour le concert de ce soir tournaient surtout autour des quatre derniers albums dont Thin Air, The Beginning And The End et Distant Satellites, qui était un des points forts de la soirée avec trois des membres qui faisaient les percussions. La chanteuse Lee Douglas était en voix et a surtout brillé avec la pièce Dreaming Light, devenu bien vite un classique du groupe. La dernière partie du spectacle contenait des surprises pour les fans du vieux matériel du groupe avec l’interprétation de Closer et A Natural Disaster ainsi que quelques pièces d’Alternative 4 comme Lost Control. C’est justement avec leur succès Fragile Dreams qu’Anathema a terminé le spectacle qui a duré somme toute un bon deux heures.

Anathema est un groupe que je ne me tannerais jamais de voir en spectacle tellement ils offrent une prestance et de la musique de qualité. J’aurais aimé entendre plus de chansons provenant de Distant Satellites comme The Lost Song Pt.2, mais ce fut tout de même un concert mémorable et si on se fit aux dires du chanteur, nous devrions les revoir très bientôt à Montréal.

Setlist : Intro (San Francisco), Untouchable Pt.1, Untouchable Pt.2, Leaving It Behind, Endless Ways, The Optimist, Thin Air, Lightning Song, Dreaming Light, Can’t Let Go, The Beginning And The End, Universal, Closer, A Natural Disaster, Distant Satellites, Springfield, Lost Control, Destiny, Fragile Dreams

Auteur : Maxime Pagé

Photographe: Thomas Courtois

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009