[simpleviewer gallery_id=”31″]

17 Avril 2011 – Les allemands Speed Metal d’Accept étaient de passage par Montréal ce dimanche avec un nouvel album (Blood of the Nations) après plus de 13 années d’absence consécutives et quelques résurrections aussi miraculeuses qu’éphémères dans la foulée. Avec plus de trente années d’existence et avoir vendu plus de 27 million d’albums, les grands-pères Hard-Rock de Solingen effectuaient cette année un retour en force en effectuant une tournée mondiale chargée d’epicness. Un show  signé Brave Concert qu’on est vraiment loin d’oublier!

Sabaton

En guise de première partie : Sabaton. Du gros Power Metal Suedois qui tâche avec de vrai morceaux de lyrisme guerrier dedans. Il faut aussi dire qu’avec une utilisation quasi-exclusive de thèmes inspirés des exploits et déboires militaires de la dernière guerre mondiale on est rarement déçu au niveau sensationnalisme. Un bon kick-off dans le plus pure style “dans-ta-face” comme on les aimes. Un set court (45 minutes) mais efficace, tout spécialement si on considère que c’était leur tout premier passage au Québec. Après une intro auto-dérisoire au son de The Final Countdown ce sera au tour de Primo Victoria, Ghost Division et Cliffs of Gallipoli d’être au rendez-vous pour notre plus grand plaisir mais surtout pour bien commencer à chauffer le Club Soda presque sold-out (qui l’eu cru?) pour ce qui s’en vient après.

Accept

Teutonic Terror. Et damn, ca commence fort. Accept rentre directement dans le vif du sujet en piochant dans le contenu de son dernier album. Bucket Full of Hate suivra furieusement juste après. Puis vient le temps d’attaquer les choses sérieuses en continuant le build-up vers le climax avec des grands classiques comme Restless and Wild, Breaker, Son of a Bitch et Neon Nights. Une montée en puissance progressive réalisée de main de maitre par Mark Tornillo qui gardera un contact permanent et chaleureux avec son public, aidé sur scène par des Wolf Hoffmann et Peter Baltes aussi déjantés qu’énergiques. Quelques solos et duelling solos plus tard, c’est déjà le temps du rappel. Fast as a Shark, Pandemic et Balls to the Wall viendront achever en beauté ce set de deux bonnes heures aussi épuisantes qu’époustouflantes.

Auteur: Paul Blondé

Équipement utilisé: D3s (Nikon), 284/70mm

Pour en savoir plus: Accept, Sabaton

All content © 2017 Thorium Magazine - Interviews, News, Albums, Concours, Live reports et photos de concerts sur Toulouse et Montréal depuis 2009